Entre toutes les femmes.

tumblr_nm0w7rPb9O1thq0t0o1_1280

Ce soir, ceux là célébreront des rituels. Ceux là honoreront les Morts. Ce soir, ceux là rendront hommage à leurs Ancêtres.
J’en ai entendu des discours vantant les hauts faits des morts et des lignées, j’en ai vu des gens chanter haut et fort les faits de leurs Anciens.
J’en ai écouté des discours à n’en plus finir sur la douceur des temps passés, sur la décadence de nos Temps modernes. Sur ces vieux jours où les familles étaient soit-disant unies et où les couples ne divorçaient pas. Ah oui, le refrain des jours morts et enfuis, le sucre des soirs d’été, le miel des veillées au coin du feu avec la fratrie assemblée, attentive aux discours des patriarches.

Ah oui vraiment, le bon vieux temps des femmes battues qui ne pouvaient fuir, le temps des bâtards déshérités, des filles-mères foutues à la porte pour avoir « fauté » ou avoir été abusées.
Ah oui vraiment, le bon vieux temps du patriarcat tout puissant où les femelles fermaient leurs gueules prises au piège. Avant de crever.

Alors ce soir, je lève mon verre
À toutes les femmes de leur putain d’ancien-temps-béni-trop bien qui sont mortes dans la misère ou la prostitution pour avoir fuis. À toutes les femmes mortes sous les coups. À toutes les filles abusées. À tous les enfants qui ont vécus ou vus tout cela.

À tous ceux qui ne rentraient pas dans les cases de l’ancien-putain-de-vieux-bon-temps, morts ou condamnés de n’être pas rentrés dans les cases.
À toutes celles qui sont mortes d’épuisement après des vies de misères.
À toutes les femmes bafouées, riches ou moins riches, qui ne pouvaient pas ouvrir leurs gueules.
Alors ce soir je lève très haut ma bière pour honorer toutes celles qui sont mortes, assassinées, tuées, massacrées par leur conjoint, leur mec, leur mari « si aimant-si gentil- que le pauvre il était désolé, il a pas fait exprès« . Non pas il y a cent ans. Maintenant, cette année.

Alors ce soir, je repense à la légende de Macha que les hommes ont fait courir alors qu’elle était enceinte de jumeaux et qui a maudit tous les hommes de l’Ulster.
Alors ce soir, je repense à la chevelure coupée de Sif.
Et à toutes les déesses dont les mythes chantent souvent les abus, les violences subies.
Les reines, les princesses et toutes les belles têtes couronnées dont parle plus ou moins l’Histoire en zappant les abus, les violences, le chagrin effroyable qui émana la vie de ces femmes. Les viols, les enfants morts, le cachot, la répudiation, les violences, la mort… Oui, vraiment, quel beau modèle à merchandiser.

Alors ce soir, tandis que s’ouvrent les portes de l’Anwynn, je voudrais chanter leur mémoire.
Et en pensée toute spéciale, je lève ma coupe à la défunte grand-mère de ma responsable à la Tour Noire. Donnée en mariage, en pâture au premier venu qui voulu bien reprendre la ferme. Elle en était la condition. La terre contre des épousailles.
Elle eu une vie de bête de somme. Battue quand elle voulait se rendre à l’Église le dimanche. Je ne sais plus  quel âge elle mourut, mais elle fit promettre à ses filles de ne pas suivre son chemin.

Cette histoire n’est pas vieille, ne se passe pas sur un continent lointain. C’était la Bourgogne des années 20. Il n’y pas un siècle.

Et pour ceux qui râlent que « le féminisme c’était mieux avant » : ouais, il y a cent ans, on entendait les mêmes discours sur les suffragettes qui voulaient, Ô Scandale des Scandales, le droit de vote pour les femmes. tumblr_nd8bc4yBzk1rbeo1xo1_540

Alors ce soir, je lève mon verre à Elles toutes. À nous toutes.
Et je ne crierai pas vengeance, malédiction, seulement « justice ».

ALL HAIL THE QUEENS.

Que la Furie des Portes les emportent, ceux qu’Elle juge coupable.

Publicités