[Loki Project #5- PBP] Nauthiz / la nécessité

Sans partir sur une analyse en détail de la rune, des textes et de tout le tintouin, Nauthiz est décrite comme la rune de la nécessité, du besoin et de la détresse et du feu (mais du « feu de détresse »). Elle est associée à Skuld, la Norne « du futur ».
Si les Nornes sont souvent liées aux aspects passé / présent / futur, l’analyse de leurs noms respectifs montre que c’est plutôt « ce qu’il est advenu », « ce qui est en train de se produire » et « ce qu’il adviendra » ou un truc du genre (je ne me souviens plus exactement de la teneur exacte du propos et je suis incapable de me souvenir de qui ils sont et où je les ai lu…) et qu’en gros, c’était assez corrélé aux temps de conjugaisons en anglais.

C’est un détail et à première vue on peut penser que c’est anodin, alors que non. La notion de futur dénote des événements figés « qui vont se produire obligatoirement », tandis que la notion de « ce qu’il adviendra » montre simplement une évolution possible. C’était beaucoup plus flagrant en anglais, parce que le temps induisait implicitement la notion d’évolution, de potentialité.

Nauthiz est souvent perçue dans un sens négatif, et en général elle n’est pas très appréciée. Quand j’ai retravaillé progressivement avec chaque rune -de manière volontairement intuitive- j’ai constaté que cette rune faisait ressortir nos difficultés personnelles et les problèmes auxquels il était nécessaire de faire face pour que l’on puisse avancer, les blocages dans l’orlög en gros. Ce qui est intéressant, c’est que le terme Wyrd peut se rapprocher étymologiquement de werden en allemand, c’est à dire devenir (je ne me souviens plus du mot en vieil anglais) : la question qui pointe étant « peut-on changer son destin ? » et je ferai une réponse de normand, « oui et non ». Pour faire court : je pense (je n’ai pas de certitudes par rapport à la question -ca m’empêche pas de dormir la nuit- et cette vision n’engage que moi) et qu’on ne change peut-être pas les grandes lignes, mais on peut choisir comment on va gérer cela. Ceci étant, on n’est pas « seul face à son destin » mais plutôt un fil au sein d’une toile : nos actes et notre comportement par rapport aux autres, et les autres par rapport à nous, influencent aussi les choses.
Curieusement, j’ai aussi trouvé que cette rune avait un lien avec les pulsions sexuelles, alors que je ne m’y attendais pas. Le désir lancinant qui nous ronge intérieurement, la pulsion qui devient un truc obsessionnel qui nous bouffe et oblitère toute autre pensée possible. C’était assez particulier comme expérience, et inattendu, même si en réfléchissant ca n’est pas tellement incohérent.

Quel rapport avec Loki ?

Celui de la nécessité. En relisant John Lindow mardi, il souligne que Loki est globalement négatif « au passé » et « au futur » mais qu’au présent, il est davantage une aide, bien que cette aide soit ambigüe.

He is the enemy of the gods in the far mythic past, and he reverts to this status as the mythic future approaches and arrives. In the mythic present he is ambiguous, “numbered among the æsir.”

Norse Mythology p. 219

Loki est souvent celui qui se charge « du sale boulot » :
– par exemple, dans la Gylfaginning, il est celui qui se transforme en jument pour distraire l’étalon du géant qui réclame Freyja, la lune et le soleil s’il gagne son pari. Il offre ensuite Sleipnir (donc son fils) à Odin.
L’histoire de la chevelure coupée de Sif 
– Et même l’histoire de la mort de Balder : il n’est pas invraisemblable de supposer que Loki soit, pour diverses raisons, l’agent d’Odin.

En plus de ces quelques exemples, Loki peut être vu comme une figure nécessaire : Gundarsson explique que, sans Loki, c’est Odin qui serait vu comme « l’affreux jojo » du panthéon nordique, et je crois qu’il n’est pas le seul. il est intéressant de souligner que Loki et Odin sont les deux dieux « craintus » par excellence, y compris aujourd’hui. Contrairement à ce que l’on serait parfois tenté de croire, Odin est toujours redouté, notamment parce qu’on dit qu’il n’est pas fiable (ce qui est à moitié vrai, et je ne suis personnellement pas tout à fait d’accord avec cette vision, même si je reconnais être assez partiale sur la question :p)

A un niveau UPG-esque, Loki aime bien faire sauter nos vieilles certitudes moisies et nous mettre le nez dans la merde, histoire qu’on se rende bien compte que la situation est moisie et que ca pue. Il n’a aucun scrupule à rajouter une couche d’emmerdes si on n’a pas compris le message. Alors on se retrouve à devoir prendre des solutions drastiques, pas toujours plaisantes, mais nécessaire si on veut se sortir du mauvais pas.

La rune nauthiz est également rattachée à Sigyn (toujours niveau UPG), même si j’avoue ne pas m’être vraiment penchée sur la question.

Publicités

[Loki Project # 3] Un dieu lié au feu ?

1. Dans les textes et le lore

Loki est fréquemment décrit comme un dieu lié au feu. En réalité, rien ne dit explicitement dans le lore que Loki est lié au feu : ni dans les textes, ni dans les kennings utilisés pour nommer Loki.

L’explication la plus probable est le lien entre les expressions populaires pour désigner par exemple la canicule, qui font intervenir le nom de Loki : en feuilletant aujourd’hui rapidement le livre Loki¹ de Dumézil par curiosité à la bibliothèque (pratique de bosser pas loin d’un UFR de langues nordiques XD), il relate effectivement tout un panel d’expression. Toutes les expressions qu’il étudie qui sont toutefois été établie par un seul auteur et Dumézil conteste leur pertinence (Pas eu le temps de prendre des notes, vous m’excuserez). Ceci dit, en faisant des recherches rapides sur le terme Lokabrenna (qui dans ma mémoire désignait un temps de canicule), j’ai trouvé que c’était le nom de l’étoile Sirius, et que ce terme signifie « torche de Loki » (source)

Lindow cite également l’exemple de Richard Wagner et de l’exemple de Loge, le demi-dieu maître du feu, dans L’Or du Rhin.

Je suis donc allée chercher les kennings (source) utilisés pour désigner le feu et sans entrer dans une compilation rébarbatives (en prime j’imagine que tout le monde s’en branle) : le loup, le voleur et le champ lexical de la mort / destruction sont les images de base. A la limite le feu est neutre (geyser de fumée – rausuðr reyks) mais jamais positif.

Bien que ses origines ne soient pour ainsi dire pas détaillées, Loki est souvent mis en corrélation avec des forces primordiales, le côté jötunn, tout ca.
Si on pose l’équation : Loki / lien avec les forces naturelles, Loki / aspect ambivalent, outre les proximités linguistiques que je ne vais pas détailler (je suis ni linguiste, ni prof de mythologie nordique) l’idée que le Trickster se soit retrouvé progressivement associé au feu n’a rien d’étonnant au regard non seulement de l’explication rapide des kennings faite plus haut, mais aussi avec le lien entre Loki et le Ragnarök (feu destructeur, arrivée en fanfare de Surt, etc.), même si, encore une fois, ce n’est que par analogie et rapprochement, puisque rien ne le désigne explicitement comme lié au feu.

En parlant de Surt, on retrouve parfois sur la blogosphère des mentions de liens entre Loki et Surt : cette mention n’existe nulle part ni dans les textes « classiques », ni dans les études analytiques sérieuses, ce qui nous amène à la seconde partie.

2. L’UPG / les ressentis non vérifiables par le biais du lore

L’idée de développer certaines théories, d’avancer des pistes de travail novatrices ne me dérange pas, bien au contraire, je les trouve souvent très stimulantes. Par contre, bordel de merde, j’aimerais bien qu’on arrête de mélanger ce qui relève des textes classiques et ce qui relève de l’UPG et qu’on explique éventuellement le lien entre les deux. Le problème n’est pas d’accepter des théories extérieures aux textes, c’est que personnellement, j’aime bien savoir d’où provient une hypothèse pour me faire mon avis sur la question, d’autant plus quand elles sortent complètement des sentiers battus.
Reprenons.

Autant une analyse des textes ne permet pas de relier noir sur blanc Loki au feu autrement que par analogies, métaphores et autres, autant, au niveau de la pratique personnelle, c’est quelque chose que j’ai eu l’occasion de ressentir plusieurs fois. Je ne suis pas la seule, et c’est un lien qui est très largement explicité si on en juge par les dessins, textes, rituels, récits d’expériences personnelles. Je suppose que la couleur des cheveux de Loki n’est pas étrangère à cette corrélation (d’ailleurs il faudra que je cherche où, qui et dans quelles circonstances il est dit que Loki a les cheveux roux), même si cela a probablement d’autres significations à la base et qu’il n’est pas le seul.
Par contre si vous voulez bien -et même si vous ne voulez pas- ce sera pour un autre jour (d’ailleurs, j’y pense parce que c’est quelque chose que je dis tout le temps mais souvent je ne reviens pas sur un sujet soulevé, donc n’hésitez pas à me le rappeler ou s’il y a un angle de réflexion ou autre chose par rapport à lui -ou d’autres trucs- dont vous aimeriez dont je parle, dites-le. Au pire, ca sera pas fait.)

1 : Le livre a été publié dans la collection Champs-Flammarion mais il est introuvable à des prix décents. Par contre, l’essai est disponible dans Mythes et dieux des Indo-Européens.

[Loki Project # 2] Lui qui apporte les trésors

Loki est un dieu ambivalent : il est à la fois la source de beaucoup de problèmes, mais aussi de leurs solutions.

La cinquième partie du Skáldskaparmál (L’art poétique) raconte pourquoi l’or est appelé aussi chevelure de Sif (toutes sortes de kennings, ces métaphores poétiques sont contenues dans ce texte).
Pour résumer rapidement ce chapitre : Loki coupe les cheveux de Sif et quand Thor l’apprend il veut le tuer. Loki lui promet de faire fabriquer une chevelure en or par les nains (elfes noirs). Il y a va, négocie habilement un pari avec eux et place les deux frangins, Brokkr et Eitri (1) en concurrence. Du coup, en plus de la chevelure, les nains fabriquent le navire de Freyr et son sanglier d’or, la lance et l’anneau d’Odin, le marteau de Thor. Fine mouche (au sens propre ^^) Loki a perturbé un peu les nains pendant qu’ils fabriquaient les objets. Bref, ils reviennent tous les trois et les Ases décident quel objet est le plus utile. Il s’avère qu’ils votent pour le marteau et le nain remporte le pari, et aidé de Thor, se saisit de Loki pour lui couper la tête. Loki rétorque qu’il a dit « ok » pour la tête, mais par le cou, donc le nain lui coud la bouche.

© Kurohaneshizumi

Pour reprendre l’histoire des cheveux de Sif, il revient non seulement avec une chevelure en or, mais aussi avec le navire de Freyr, la lance et l’anneau d’Odin, le marteau de Thor, mais il se retrouve avec la bouche cousue.

De là à dire que les deux seules déités à avoir donné de leurs personnes pour offrir aux trois autres leurs pouvoirs sont Sif qui a eu la chevelure coupée, et Loki, à qui l’on a cousu la bouche. Symbolique intéressante d’ailleurs, surtout si on relie la bouche, le souffle, le pouvoir des mots -Loki et, ô marrant, le Borgne, sont sans doute parmi les plus bavards, en tout cas les deux ont la langue bien pendue- une façon de priver Loki de certains pouvoirs ? On peut imaginer qu’il exerce, au moins ici, deux types de magies : la transformation et sans doute, bien que cela ne soit pas dit, le pouvoir de la persuasion. C’est Brokkr qui punit directement Loki, pas les dieux, puisqu’il a tenu sa parole.

Notons que, si on suit la théorie de Dumézil, Freyr / Thor / Odin symbolisent les trois classes de la société. Sif peut être reliée à la Terre, aux récoltes. La mention de sa chevelure d’or pourrait être en lien avec les récoltes et les champs. Hilda Ellis Davidson fait le lien entre l’aspect terrestre de Sif et l’aspect ciel de Thor.

On pourrait imaginer un lien cohérent entre le pouvoir et la terre, la notion de souveraineté chez les scandinaves étant légèrement différente de celle des celtes, mais il y a bel et bien un lien entre la terre et le fait de régner (d’ailleurs, Odin est souvent présenté comme le chef des Ases, mais cette notion de dirigeant n’a, à aucun moment, de valeur morale, judiciaire etc.)
On peut comprendre le lien entre les nains, la forge, les pouvoirs dont sont investis les objets, le parallèle lien avec les esprits / les morts. Les nains sont très liés à la mort dans le folklore scandinaves et la magie fait souvent appelle à des puissances et des esprits. Si on regarde les objets que Loki rapporte on retrouve :

Skidbladnir (le navire/Freyr)
Gungnir (lance / Odin)
et la chevelure de Sif.

Les autres objets (le verrat, Draupnir et Mjöllnir) sont offert par Brokkr.

Mais que vient faire Loki dans cette histoire ? Le mec, il se réveille, hop, il coupe les cheveux d’une meuf. Bon pourquoi pas, mais il pourrait se contenter de rapporter une perruque en or et basta. Alors que non.

J’ai une interprétation, qui est sans doute bancale étant donnée que je ne suis pas une spécialiste des mythes nordiques, mais Loki est couramment décrit comme un jötunn adopté parmi les Ases – et frère de sang d’Odin, quoi qu’on pourrait en dire long là dessus aussi-.
L’ambivalence des jötnar (il y a d’ailleurs plusieurs types de géants) se retrouve chez d’autres déités de la mythologie nordique, et souvent cette ambivalence est autour des fonctions primordiales (fécondité, froid, chasse, magie, gardien…)  ici il y a un lien entre les objets qu’il rapporte et le pouvoir des dieux, dont la fécondité. (Je n’oserai pas pousser le parallèle jusqu’aux blagues graveleuses que l’on peut faire avec une lance et un navire « à la voile qui se lève dés qu’il y a du vent », d’autant que c’est hors contexte culturellement et donc vite totalement faussé.)

Ici, Loki est l’illustration du côté créateur/destructeur primal et de l’intermédiaire-magicien et chaman. Bien qu’il ne soit pas le créateur direct, il intercède pour que la création de ces objets aient lieu. Le fait qu’il ait la bouche cousue se rapporte pour moi à la pratique du galdr (qu’on réduit souvent au fait d’incanter les runes, alors qu’il s’agit d’incantations plus complexes.) Quand Odin est un dieu-chaman en lien avec la mort et la connaissance, Loki est un dieu-chaman en lien avec les pulsions de vie, de sexualité, de fécondité. Le premier exerce souvent une coercition ou une certaine forme de menace (je vais pas faire la liste) quand le second charme par les mots ou par le rire (l’épisode de ses couilles accrochées à une chèvre pour faire rire Skaði) pour ses intercessions. On peut considérer que les cheveux perdus de Sif constituent d’une certaine manière, une forme de paiement, pas forcément à Loki, mais de manière générale (un don pour un don) ou un prétexte (comme le fait d’apporter des offrandes pour démarrer un travail).

(1) : Brok et Sindre dans la traduction anglaise.

Sources :
L’Edda, trad. François-Xavier Dillmann
The Prose Edda, trad. J. L. Byock
Gods and Myths of Northern Europe, Hilda Ellis Davidson

[Loki Project # 1] Ancienne rencontre

Le mois de juillet sera consacré à Loki et nous allons participer tous les deux, Ulvaten et moi, chacun sur son blog respectif.
Je ne serai sûrement pas en mesure de poster chaque jour, mais je compte poster quelques articles consacrés au Trickster. =)

Loki est un dieu trèèèès polémique, non sans raison, bien qu’un certain nombre de groupes et de personnes aient récemment reconnu avoir adoucies leurs positions et leurs points de vues avec les années. J’ai appris, en glandant sur Tumblr -ca vaut ce que ca vaut : beaucoup de conneries mais aussi parfois des choses intéressantes, un réservoir d’images inspirantes et l’opportunité de fouiner dans une plate-forme hyper vivante- que Our Troth acceptait désormais des personnes « travaillant » avec Loki, bien que le saluer au cours des blots et sumbels « officiels » ne soient pas autorisés (l’honorer au cours de blots & sumbels privés étant soumis à la discrétion de chaque groupe si j’ai bien compris). (source) Apparemment, ca aurait foutu un sacré bronx et plusieurs kindreds auraient menacés de quitter l’organisation.

 Je crois que la première fois que j’ai entendu son nom, c’était en regardant le film The Mask, avec mes parents. Ma mère avait du aller chercher son Quid, le gros dico qui répondait à toutes les questions quand Internet et Wikipédia n’existaient pas et nous lire quelque chose dessus. J’ai deux ou trois bribes de souvenirs de mon père me parlant de Loki et d’Odin, mais c’était moins courant que les mythes grecs, auxquels j’avais droit tous les soirs pour m’endormir ou sous forme de bandes dessinées qu’il me faisait, avec des mecs à l’air débonnaire et au gros nez.

Je ne sais pas comment il est ressorti au moment où j’en suis venue consciemment au paganisme -bien que cette ancienne forme ait été très différente de celui que je pratique aujourd’hui. J’étais plutôt branchée panthéon celte à l’époque, le Nord ne m’intéressait pas du tout (ce qui m’avait valu des réflexions de ma mère d’ailleurs…). Pourquoi et comment Loki a ressurgi, je serais bien en peine de le dire. Je sais que je l’aimais bien justement, pour son côté outsider à la langue trop pendue, incontrôlable et rouquin mis de côté. L’adolescence et les processus d’identification et de recherches identitaires font parfois curieusement les choses.

Il a été le premier et pendant très longtemps le seul du panthéon nordique que j’acceptais. En fait, ca n’est que depuis pas tout à fait un an que j’ai ouvert ma porte aux autres, à une exception près (Hel).

© Viktoria

Beaucoup se méfient de Loki le Changeforme Fouteur de Bordel, beaucoup ne l’aiment pas, et je n’irais pas dire s’ils ont raisons ou torts : ils ont leurs avis et leurs raisons. Je me souviens que, a contrario, c’était le Vieux que je n’aimais pas. Et bien naïvement, je les avais placé aux antipodes l’un de l’autre, par ignorance et par commodité. J’étais convaincue que la « présence » de Loki me protégeait de l’autre, et je n’oublierai pas de sitôt le moment où j’ai eu ce message où une personne me dit « mais non, ils sont très proches et jamais bien loin l’un de l’autre ». Pour être honnête, j’ai eu le sentiment de m’être fait piégée. Je me souviens, encore presque un an auparavant, ce repas avec une amie particulière, dont je ne raconterai pas l’histoire puisqu’elle lui appartient, mais pendant le repas, alors que nous avions entamé cette discussion par rapport à sa très douloureuse histoire, j’ai eu froid. Tout est devenu gris et noir et je l’ai vue. J’ai failli hurler dans le restaurant, et je me suis demandé qui elle était. Et j’ai su. J’ai remonté le fil et posé une question à mon amie. Une intuition soudaine et désagréable. La réponse était oui, et j’ai su ou j’ai cru savoir, ou j’ai pensé savoir quelque chose.

Quand elle est partie, je l’ai longuement observée pendant qu’elle remontait le boulevard d’une ville que l’on dit une des plus belles du monde. Je l’ai regardé elle, je les ai ressenti eux, et je me suis dit qu’elle était accompagnée par des déités terribles, même si elle ne les sentait pas. Et ce faisant je me suis reculée et j’ai touché de la main gauche le fer de la barrière derrière moi, par peur et par superstition. Je me souviens avoir pensé que pour rien au monde je n’aimerais les avoir à mes côtés, que j’étais beaucoup plus heureuse avec Loki et Morrigan comme duo en tête de ma Joyeuse Garde.

C’était le 16 novembre 2011. Je m’en souviens encore.
Je me suis plantée.
Je me suis plantée et il est parti, me laissant là où je n’aurais jamais voulu aller. Chez qui je n’ai jamais voulu voir.

Loki est un farceur dit-on, et si ses blagues ne sont pas forcément destinées à vous blesser, certaines le font, nous ouvrant les yeux et le cœur. Peu importe ce que vous avez cru, voulu, pensé ou rêvé de voir, cela ne changera pas le résultat.