Entre toutes les femmes.

tumblr_nm0w7rPb9O1thq0t0o1_1280

Ce soir, ceux là célébreront des rituels. Ceux là honoreront les Morts. Ce soir, ceux là rendront hommage à leurs Ancêtres.
J’en ai entendu des discours vantant les hauts faits des morts et des lignées, j’en ai vu des gens chanter haut et fort les faits de leurs Anciens.
J’en ai écouté des discours à n’en plus finir sur la douceur des temps passés, sur la décadence de nos Temps modernes. Sur ces vieux jours où les familles étaient soit-disant unies et où les couples ne divorçaient pas. Ah oui, le refrain des jours morts et enfuis, le sucre des soirs d’été, le miel des veillées au coin du feu avec la fratrie assemblée, attentive aux discours des patriarches.

Ah oui vraiment, le bon vieux temps des femmes battues qui ne pouvaient fuir, le temps des bâtards déshérités, des filles-mères foutues à la porte pour avoir « fauté » ou avoir été abusées.
Ah oui vraiment, le bon vieux temps du patriarcat tout puissant où les femelles fermaient leurs gueules prises au piège. Avant de crever.

Alors ce soir, je lève mon verre
À toutes les femmes de leur putain d’ancien-temps-béni-trop bien qui sont mortes dans la misère ou la prostitution pour avoir fuis. À toutes les femmes mortes sous les coups. À toutes les filles abusées. À tous les enfants qui ont vécus ou vus tout cela.

À tous ceux qui ne rentraient pas dans les cases de l’ancien-putain-de-vieux-bon-temps, morts ou condamnés de n’être pas rentrés dans les cases.
À toutes celles qui sont mortes d’épuisement après des vies de misères.
À toutes les femmes bafouées, riches ou moins riches, qui ne pouvaient pas ouvrir leurs gueules.
Alors ce soir je lève très haut ma bière pour honorer toutes celles qui sont mortes, assassinées, tuées, massacrées par leur conjoint, leur mec, leur mari « si aimant-si gentil- que le pauvre il était désolé, il a pas fait exprès« . Non pas il y a cent ans. Maintenant, cette année.

Alors ce soir, je repense à la légende de Macha que les hommes ont fait courir alors qu’elle était enceinte de jumeaux et qui a maudit tous les hommes de l’Ulster.
Alors ce soir, je repense à la chevelure coupée de Sif.
Et à toutes les déesses dont les mythes chantent souvent les abus, les violences subies.
Les reines, les princesses et toutes les belles têtes couronnées dont parle plus ou moins l’Histoire en zappant les abus, les violences, le chagrin effroyable qui émana la vie de ces femmes. Les viols, les enfants morts, le cachot, la répudiation, les violences, la mort… Oui, vraiment, quel beau modèle à merchandiser.

Alors ce soir, tandis que s’ouvrent les portes de l’Anwynn, je voudrais chanter leur mémoire.
Et en pensée toute spéciale, je lève ma coupe à la défunte grand-mère de ma responsable à la Tour Noire. Donnée en mariage, en pâture au premier venu qui voulu bien reprendre la ferme. Elle en était la condition. La terre contre des épousailles.
Elle eu une vie de bête de somme. Battue quand elle voulait se rendre à l’Église le dimanche. Je ne sais plus  quel âge elle mourut, mais elle fit promettre à ses filles de ne pas suivre son chemin.

Cette histoire n’est pas vieille, ne se passe pas sur un continent lointain. C’était la Bourgogne des années 20. Il n’y pas un siècle.

Et pour ceux qui râlent que « le féminisme c’était mieux avant » : ouais, il y a cent ans, on entendait les mêmes discours sur les suffragettes qui voulaient, Ô Scandale des Scandales, le droit de vote pour les femmes. tumblr_nd8bc4yBzk1rbeo1xo1_540

Alors ce soir, je lève mon verre à Elles toutes. À nous toutes.
Et je ne crierai pas vengeance, malédiction, seulement « justice ».

ALL HAIL THE QUEENS.

Que la Furie des Portes les emportent, ceux qu’Elle juge coupable.

Publicités

Frigg et Dame Holle (Mois pour Frigg)

Issue du folklore germanique,on retrouve la trace de Dame Holle dans le conte éponyme des frères Grimm.

Elle possède un certain nombre de caractéristiques qui peuvent faire penser à Hel, Perchta ou même à la Cailleach. J’en avais déjà parlé il y a deux ans en ce qui concerne les parallèles avec Hel et la Cailleach, je voudrais maintenant faire un lien sommaire entre Dame Holle et Frigg par le biais du contenu du conte plutôt que faire une compilation d’articles existants ici et là.

Je ne raconterai pas le conte en détails, mais voici un certain nombre d’éléments clés qui me semblent parlant pour mettre en regard ces deux déesses.

La fillette
La marâtre / la vieille
Le filage
Le sang
Le puits / la traversée du puits / la noyade
Les tâches ménagères
La neige / les plumes
L’épine

Catrin Welz-Stein – Frau Holle

Premièrement, la cellule familiale telle qu’elle est présentée : une fillette aux prises avec sa marâtre, accablée par cette dernière suite à la mort de sa mère. On a là une filiation uniquement féminine, le père est absent du récit. Le personnage de Dame Holle est à mettre en part, à la fois parce qu’elle semble à première vue génétiquement à part et extérieure au premier cercle constitué de la marâtre / la fillette / l’autre fillette, fille de sang.
Elle semble néanmoins être accessible par une série de processus lié au sang : la première fille saigne en filant, la seconde saigne aussi en se blessant sur une épine.
Les images que ces deux processus similaires comportent sont extrêmement intéressantes. De part la présence du sang et du fil imprégné de celui-ci (en raison d’un travail acharné dans le premier cas, d’une tricherie dans le second), je ne peux m’empêcher de voir dans la figure de cette Dame Holle une résurgence des Disir, ces figures féminines veillant sur une lignée : on peut y lire presque photographiquement le fait de remonter le fil de son sang, le fil de son wyrd, de sa lignée.

Frigg, comme on l’a vu au cours de certains articles précédents, est une déesse du foyer, pas uniquement aux sens tâches ménagères, mais aussi au sens de protection, de lignée (Frigg comme possible Dise des Ases, comme Freya, Dise des Vanes). Lien filage / wyrd / sang / lignée / Frigg (déjà abordé, je ne reviens pas dessus).

Par rapport à l’épine sur laquelle se blesse l’autre fillette, je ne peux m’empêcher de penser à Brunhilde, à la rune Thurisaz, aux épines noires et blanches, gardiennes de la haie (pour la petite anecdote, l’épine noire a effectivement tendance à demander un paiement avec du sang, à plus forte raisons pour certains travaux / passages), mais aussi à ce qui nous attend si on tente de grugger les esprits.

Le puits dans lequel sombre la bobine est une porte évidente vers l’autre-monde. Plus que l’aspect mort/résurrection, j’y vois davantage le fait d’ouvrir les portes, de traverser le passage, de franchir la haie vers le monde des esprits. Processus de transe, mais aussi de descente dans le monde d’en bas, à la rencontre de ses ancêtres.

Toujours dans la thématique du voyage vers l’Autre-Monde, en me rappelant ma lecture d’hier et la mention faite par Britt-Mari Näsström de la présence des noms de Freyja et Frigg dans un charme destiné à guérir les chevaux, je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle sans doute hasardeux puisque les branches germaniques et nordiques ne peuvent être prises d’un seul bloc mais sont à distinguer. Je pense ici notamment à certains aspects de la magie scandinave et au bâton de Nid, une tête de cheval fiché sur une pique, à Sleipnir, le coursier d’Odin… bref à la figure du cheval comme moyen de transport physique et rituel/magique. Le fait que Frigg soit cité, avec Freyja fait que je m’interroge par rapport à un possible lien : Cheval / Frigg / Freyja / Seiðr / Voyage dans l’Autre-Monde / Descente dans le puit / Protection pour ce type de travaux ?

Je ne m’attarderais pas non plus sur la symbolique des tâches ménagères d’un point de vue global, obvious aussi : gestion de la maisonnée, position de la maîtresse de maison, etc.
On peut aussi lire dans le rapport « tu as bien fait ton travail, je te récompense » la continuité d’un rapport donnant-donnant, de la notion d’hospitalité (dans le Hávamál, il est également mentionné l’importance d’être un bon invité, de respecter les règles, bref, de ne pas se comporter comme un malotru.)

Sur la symbolique de l’arbre en général et du pommier en particulier : Frigg est une déesse de fertilité/sexualité, même si cette symbolique est curieusement souvent laissée de côté. (D’ailleurs une pensée éclair : la fertilité physique sous-entend puberté et relation sexuelle. Le fait de saigner peut faire également penser aux premières règles. Le fait de se piquer sur une épine renverrait-elle ici à une métaphore sexuelle évidente : Frigg déesse des liens du mariage à mettre en parallèle avec Dame Holle –qui reçoit les deux fillettes de la même manière : s’il y a eu « tricherie » de la part de la seconde, ce n’est pas pour cela qu’elle est punit, c’est parce qu’elle n’a pas fait son travail.)
Dans la saga des Volsung Frigg offre une pomme à un couple royal qui n’a pas eu d’enfant, et la femme mettra par la suite au monde un fils.

La neige que la fillette est chargée de faire tomber n’est pas sans me rappeler la Chasse Sauvage ou les esprits liés à cette période de l’année, mais aussi à la nuit des Mères. Les dates de la Chasse Sauvage varient suivant les régions, et elles coïncident parfois avec la période de la Nuit des Mères. De mémoire dans Witchcraft Medecine, il est mentionné quand dans le folklore germanique, Dame Holle mène la Chasse Sauvage et que son consort est Wotan. No comment.
Le lien plumes / flocons me fait penser, outre au manteau en plumes de faucon que Frigg possède, mais aussi, du coup, à la métamorphose et au fait de voyager dans le monde des esprits ou parmi les esprits.
Autre analyse probablement tordue et erronée mais tant pis, le lien entre l’édredon et la pratique de l’utiseta, un peu semblable au parallèle avec le cheval fait plus haut.
De manière plus généraliste, le lien entre le lit comme objet de magie et corrélé à Frigg.

A la fin, Dame Holle contrôle l’ouvrage : Frigg en tant que dirigeante de la maisonnée est la figure qui régule, vérifie, check les stocks, s’assure que tout fonctionne correctement. Pas par maniaquerie particulière, mais parce que c’était une question de vie ou de mort. Autant en ce qui concernait les réserves de nourritures, de semences que concernant le filage du lin, qui a joué un rôle primordial dans l’économie et l’expansion des vikings. En contrôlant l’ouvrage et en s’assurant qu’elle soit apte à le faire correctement et sans renâcler, on pourrait dire que Dame Holle vérifie en réalité que la fillette soit capable de survivre, et avec elle toute la lignée.
Il y a une double initiation ici : celle de l’aptitude à fonder son foyer, mais aussi de voyager à travers le monde, d’en connaître, de transmettre et de garder vivant l’esprit de la lignée. Mise en perspective intéressante si on regarde du côté de la Scandinavie ancienne au sein de laquelle les relations avec les êtres de l’Autre-Monde faisaient partie intégrante de la vie quotidienne. On pourrait également ajouter une autre supposition : celle de la magie de Frigg, tellement intégrée à la vie quotidienne qu’elle en est devenue pour ainsi dire invisible, absorbée dans les coutumes et les habitudes familiales diverses. Invisibles, mais toujours vivantes, parce que passées dans l’inconscient collectif.

Dame Holle est présentée sous un jour globalement bienveillant, mais en fait elle est neutre. Ce qui est en fait une figure essentiellement bénévolente, c’est parce que nous la voyons par le prisme de la première fillette. Frigg est un peu comme cela : on la présente généralement comme coolos et gentille, mais au niveau « pratique », si vous ne faites pas le travail correctement ou si vous glandez, vous pouvez manger une baffe bien concrète, garanti sur facture.


Sources : Contes pour les enfants et la maison, Les frères Grimm, José Corti. Page 155. Les notes additionnelles mentionnent que ce conte fût raconté à Wilhem Grimm le 13 octobre 1811 par sa future femme, Henriette Dorotha Wild (je trouve ca assez énorme :p )