[Odin Project #30] Bilan & Fin.

Le mois de novembre se termine, et avec lui le Odin Project. Je ne pensais pas arriver au bout, pas plus que l’an dernier. Peut-être même encore moins, parce qu’en écrire certains d’entre eux a nécessité pas mal de temps, pour vérifier les sources, faire le tri dans les idées qui valsent dans la tête.
Comme l’an dernier, je sens que certaines choses ont évoluées. A cette date l’an dernier, je ne connaissais pas beaucoup la mythologie nordique. Je n’avais jamais lu les Eddas (à part quelques bribes par ci, par là, comme le Runatál ou en diagonal sur un encodage ebook mal foutu sur mon PC) par exemple. Les quelques trucs que je connaissais étant éparses, une sorte de vaste foutoir que j’étais incapable d’organiser et de retenir, de structurer.
De manière amusante, en un an, je suis tombée par hasard et grâce à une amie en particulier, sur toutes sortes de ressources. Mis la main sur des bouquins. Me suis procuré les Eddas. En français. Puis en anglais parce que j’avais envie de pouvoir comparer les traductions. Aujourd’hui ca me fait rire de me rappeler qu’un an seulement, pas mal de choses m’étaient totalement inconnue. Pourtant, je n’irais pas prétendre que je m’y connais « bien ». En fait, paradoxalement, j’ai surtout mesuré ce mois-ci tout ce que je n’étais pas encore capable de saisir, de comprendre. De la somme considérable de tout ce qu’il me reste à apprendre, à explorer. Des interconnexions complexes entre les déités, l’histoire des pays scandinaves, leurs langues, les différents ajouts et modifications, les interprétations faites au fil du temps par les spécialistes. En fait, je pense qu’une vie entière ne suffit pas, et que le « tout » reste inaccessible. Parfois je vais me coucher avec la sensation d’avoir le cerveau qui fume. Et en écrivant ou en cherchant une info précise, dans un but précis, on se rend compte que juste au moment où on pensait avoir un semblant de base, on est en fait avec trois cailloux à la con sous la semelle. Il y a l’Everest. On voudrait le gravir. On pense avoir fait un dixième du chemin quand on regarde en bas et que, ah non, on est juste un sorciéron monté sur une caillasse. Que l’Everest c’est le machin devant nous dont on ne peux même pas voir le sommet. Mais comme le sorciéron est têtu et passionné, il se dit qu’il va essayer quand même. Parce que ca le fait triper, comme les volcans quand il avait huit ans et qu’il passait ses journées à emmerder le mondes avec la classification des types de laves, et qu’il retenait des larmes de déception quand des adultes, croyant lui faire plaisir, lui avait offert un livre pour enfants sur les volcans pour son anniversaire. Croyant le réjouir avec un beau livre illustré quand il aurait souhaité un livre scientifique. Mais il paraît qu’il était trop jeune…

Aujourd’hui, rien à foutre : je ne dépend plus du bon vouloir des adultes pour acheter des livres, et j’ai la chance d’avoir un entourage qui en plus m’encourage. 🙂 Peut-être que je changerai. Peut-être pas. On verra.

Il y a un an, ce blog a vraiment commencé à se remplir, je ne m’attendais à rien, et surtout pas à en être là où je suis aujourd’hui, y compris spirituellement parlant. Mais ca me va. L’aventure est belle ; elle me plaît. Avec ses joies et ses difficultés. Avec ses doutes. Avec ses avancées.

Tout a une fin, et pour décembre, je prend en quelque sorte une pause de ce blog. Je posterai le rappel pour le projet de janvier (qui sera moins demandeur niveau travail personnel). Ce projet aura bien lieu, après on verra. Dans la même optique, je ne terminerai très probablement pas le Pagan Blog Project, en tout cas pas avant 2014. Un temps pour chaque chose, et là le moment pour d’autres apprentissages et travaux est venu.

Auteur inconnu

[Odin Project #16] L’émerveillement et la terreur

Pour raconter certaines histoires, il faudrait commencer par jeter la navette. Tisser et retisser. Reprendre le fil, encore et encore. Le relancer comme une valse sans fin.

Le moment où la jauge monte, et ce milliardième de seconde, l’instant fracturé qui dure à peine où l’on réalise brutalement que tout ceci est bel et bien réel. Que les dieux existent, même si ce n’est pas sur ce plan là. Et que non seulement ils existent, mais qu’ils sont infiniment plus puissant, plus vaste que nous ne serons jamais en mesure de le comprendre. Que si, après toute une vie de travail, de pratique, de dévotion, d’apprentissage et de connaissance, nous parvenons à en comprendre une minuscule partie, alors cela ne sera déjà pas si mal. Que juste quand nous pensons avoir franchi un cap, le seuil se dérobe sous nos pas.
Cet instant là, le point de rupture, l’alignement des chiffres et le cadenas qui cède, la sensation, palpable qui nous étreint, presque jusqu’à nous dissoudre. Jusqu’ici, c’était une possibilité, et cette possibilité là devient douloureusement réelle. Qu’ils peuvent nous disloquer l’âme, l’esprit et le corps. Nous briser. Et l’énergie qui ruisselle, jusqu’à ce que l’on se retrouve à marcher sur la frontière entre l’extase et la douleur. Que même s’ils ne le font pas exprès, l’accident peut survenir. Un bruit, quelqu’un frappant à la porte, l’alignement légèrement décalé, et nous finirons rompu, brisé.

C’est peut-être dans notre tête.
C’est peut-être réel.
Mais aucune alternative n’est confortable.

Ils diront que nous sommes fous. Bon à être mis dans des cages chimiques. Mais qu’est-ce que c’est que ces tarés qui croient que les Anciens Dieux existent ? Qui croient en eux ? Qui les aiment ? Ha ha ha ha.

J’ai ris comme eux il y a longtemps. Après tout soyons sérieux, les Dieux, ce sont des projections, non ? Par la suite j’ai moins ri. Bien fait pour moi. Un juste retour des choses.

Décalage. L’en-dedans. L’en-dehors. De l’être, du temps, des perceptions. Et au milieu, la vibration électrique. Le rythme cardiaque erratique. L’Adieu aux Certitudes comme d’autres renoncent aux armes.

Il y a un mot anglais, « awe » qui est utilisé pour décrire un émerveillement, mais un émerveillement, plein de terreur, d’effroi. L’éclair qui déchire le ciel et vous donne la chair de poule, le grondement de l’orage et le rideau de pluie qui claque, pendant que vous restez dessous, sans trop comprendre pourquoi. Certains nomment ça la joie des imbéciles. Si ça les rassure.

Je veux bien continuer de la ressentir, la joie des imbéciles.

Margaret Seidler

Rétrospective sur le travail avec Frigg (Mois pour Frigg)

Auteur inconnu

Il y a des déités, au hasard Loki et Odin, qui sont du genre très actives, le type qui se pointe dans la vie des gens de manière impromptue et qui vous traînent rapidement vers certains objectifs. Ils sont du genre assez explicites quand ils s’y mettent.
Il y en a d’autres, comme Frigg, qui arrivent discrètement, tellement discrètement que vous vous demandez comment faire avec eux. Frigg n’est pas très explicite. Elle ne vous demande pas de grande chose. En fait, au début, elle vous regarde vous débrouiller sans rien dire, avec un sourire en coin qui me fait irrésistiblement penser à Mme B., ma prof de français au collège. Elle vous connaît, elle vous observe, elle sait pourquoi vous tournez en rond avec cet air de carpe koï noyée dans une mare, elle sait aussi ce que vont engendrer vos tentatives, et elle connaît la signification de certaines choses auxquelles vous ne pensez pas. Mais elle ne dit rien. Elle reste là et elle vous laisse la possibilité de démarrer consciemment quelque chose ou de le refuser. Contrairement à notre duo-mortel qui débaroule et qui se fout royalement de votre consentement -au moins au début, j’ai eu l’occasion de constater que souvent, après vous avoir bien fait passé par les montagnes russes, ils vous laissent le choix. Quel choix avez-vous envie de faire, c’est une autre histoire…- Frigg attend que vous vous bougiez les fesses et dites « oui » ou « non », plutôt cohérent avec son aspect mainstream j’ai envie de dire.

Elle vous regarde, avec vos préjugés, vos galères, vos remugles, vos difficultés et votre bonne volonté enfantine. Elle ne débarque pas avec le mode d’emploi « tu vois je suis comme ça. Ca maintenant c’est terminé et tu es prié(e) de faire ça. » Non. Par contre vous pouvez vous retrouver assez brusquement à shapeshifter en Bree Van de Kamp.

L’importance du foyer propre et clean, de l’ordre.
L’extension du microcosme intérieur au macrocosme visible, à l’environnement immédiat. Il n’y a pas de réelle dichotomie entre le spirituel et le matériel. C’est souvent nous qui en mettons une, par réaction ou parce que nous continuons à aller dans le sens de ce que l’on fantasme ou de ce que l’on nous a appris. Pas plus que les déités n’aient réellement des petites cases bien définies avec des fonctions claires et distinctes. Oui, elles ont souvent une fonction principale, mais on peut retrouver cette fonction chez d’autres, et inversement. Ce n’est pas un coloriage de vitrail avec « prière de ne pas dépasser », c’est plutôt un kaléidoscope.
Je me demande si ce n’est pas pour nous rassurer que nous tentons de les englober dans une définition précise, parce que nous sommes incapables de les saisir dans leurs globalités.
On devrait être reconnaissant de ne pas être seul à prier une déité. Ce n’est pas un hasard si certaines déités « fortes » ont pas mal de suivants, ce n’est pas -uniquement- la fascination qu’elles exercent ou leurs attributs, ou une question de classe. C’est une question de répartition des charges. On n’est jamais que des humains, certes, sympa, pas trop cons, etc, mais même dans leurs « bons » côtés, les dieux sont terrassant, écrasant. On parle beaucoup des dangers du « horsing » parce que ci, ca, gna gna gna. Mais leurs énergies pures et simples peuvent nous disloquer, nous briser. En tout cas nous faire violemment réaliser que si on comprend 0,1% de la déité, c’est déjà très bien. Et pour rappel, l’amour est surtout redoutable et flippant. Dixit la personne qui a dit « X. a un amour abomiffreux » au lieu « X. a un humour abomiffreux ». Bref.

Pour établir un parallèle avec la Photographie, le Foyer constitue la focale du travail. Si la focale n’est pas bien réglée, vous ne pouvez pas faire de taf correct. Après avoir maîtrisé à la perfection, après avoir intégré les bases, les règles, les différentes étapes, vous pourrez vous en éloigner. Sinon, c’est juste du patouillage brouillon au petit bonheur la chance.
Le Foyer est le centre, après vous pouvez remonter les fils, un après après l’autre. Fils qui s’avèrent très vite connectés entre eux. Et là, tiens, la déesse du Foyer devient plus complexe, et sans parler de leurs rapports entre eux.

Frigg comme déesse de cohésion et du lien social ?
Oh oui. Je me suis fait assez tirer l’oreille et réprimander pour mon comportement, avec, une fois ces histoires de discipline et de ménage posées, pas mal de consignes sur ce que j’avais intérêt à faire. Elle ne file pas de modus operandi, elle vous laisser vous creuser les méninges, mais les vieilles habitudes et les schémas de pensées moisies, on vous les étiquette rapidement comme « à jeter ».
Marrant, mais elle a beau rester en retrait, je la soupçonne très fortement d’être « celle qui ouvre la porte ». Quelque chose comme « bon, ca va, tu as compris les bases, maintenant, on va te faire comprendre les choses de manière globale. Et si je t’entend dire un seul gros mot, je te lave la bouche au savon. C’est ma parentèle, c’est moi qui décide, et tu as intérêt à apprendre les bonnes manières, espèce de fille de ferme mal dégrossie. » Très sincèrement, quand elle est comme ça, même le Vieux ne la ramène pas, non, il préfère fumer sa pipe peinard au coin du feu et vous regarder genre « ah moi j’y suis pour rien, tu te démerdes gamine, c’est pas mes oignons. »

Auteur inconnu

Frigg, Mère-de-Tout
Ces histoires de Frigg comme « Mère-de-Tout » que l’on pose souvent en miroir de l’aspect Père-de-Tout chez le Vieux, je le vois pas relié directement à ces histoires de maison/foyer/bébés/maternité/maman. Frigg est plus subtile, parce que les quelques déesses-mères que j’ai pu croiser, je les trouve plutôt étouffantes et totalitaires, prompts à vous faire subir un lavage de cerveau. Je comprend pas pourquoi on fait toujours de ces déesses des figures sympas, cool et gentilles, alors que sincèrement, elles ont un côté monstrueux qui ferait presque passer Fenrir pour un gros loup en peluche.
C’est davantage lié au côté « régulation des liens sociaux » : commencer à bosser avec Frigg, c’est un peu se retrouver obligé d’avoir une vision plus nuancée et de considérer les déités de la mythologie nordique (au moins pour les Ases) dans leur ensemble. Vous ne pouvez plus dire « bon, alors toi je t’aime pas, donc je te laisse de côté, je ferai semblant de pas te voir. » parce qu’alors vous vous allez vous retrouver avec le goudron et les plumes. Ou des ennuis juste dans le champ d’attribution principal de la déité en question, juste pour que vous puissiez avoir l’opportunité de réfléchir et d’être moins psychorigide. Vous suivez ou vous ne suivez pas. Mais ouais, vous ne pouvez pas faire le tri en disant « celui ca va, celui là je veux pas. » C’est à prendre ou à laisser.
On peut le voir comme de la coercition, mais cela n’en est pas. C’est même très cohérent si l’on considère les notions d’iinnangard et d’utangard. Vous êtes dedans, ou vous êtes dehors, il n’y a pas de milieu confortable. Ceux qui ont la voix de Cersei Lannister dans la tête ont gagné : Frigg est une reine. Et je peux vous dire qu’une reine qui ne dit rien signifie beaucoup de choses, mais pas forcément qu’elle ne soit ni dangereuse ni puissante. Ne pas oublier que la Maîtresse du Foyer est celle qui détient les clés.

Ma rencontre avec Frigg (Mois pour Frigg)

Il y a maintenant un an que Frigg a déboulé dans ma vie, et avec elle, c’est toute ma vie spirituelle qui s’est trouvée chamboulée.

Elle est arrivée discrètement mais sans crier gare. De façon innocente. Une amie était venue passer quelques jours chez moi pour la première fois, et pendant quelques jours, la Tanière a accueillie toute une meute de sorciérons. J’avais tout préparé pour l’arrivée de mon amie : la maison avait parfaitement nettoyée, rangée. Son lit fait dans la bibliothèque. De bons plats et des friandises avaient été préparés.

Et pendant que nous menions de joyeuses discussions agrémentées de victuailles et autres, on préparait le programme des jours à venir. Me levant pour amener les boissons, surveiller la cuisson des plats. Checker le nombre de convives prévus pour le lendemain, réfléchir à l’organisation du rituel à venir, etc. C’est là que la première boutade est venue. « Tu fais ta Frigg, lol ». Pardon ? Je me suis défendue, moitié amusée, moitié vexée. J’ai maugréé. Les plaisanteries ont continué le lendemain. Le surlendemain. « Merde » répondais-je à chaque fois. D’abord contrariée, parce que le parallèle ne me plaisait pas (le paradigme des déités « classes » et des « moins classes », je l’ai aussi expérimenté), et puis j’ai laissé tomber. « Oui bon ça va. » Qu’est-ce que vous voulez répondre quand plusieurs sorciérons ont un bon mot en tête ? Rien.

C’est là qu’elle s’est ramené. Vraiment. J’avais fini par être plus ou moins intriguée, mais pas vraiment plus que ça. Et un soir, alors que la maison était déserte, l’amie étant partie chez une cousine, je ne suis pas parvenue à trouver le sommeil : à chaque fois que j’essayais de trouver une position confortable pour dormir, j’avais en boucle dans la tête « lève toi et va faire un autel. Lève toi et va faire un autel à Frigg. Vas lui faire un autel. » Je suis têtue. Je me suis dit « ca va deux minutes les conneries ? Je vais pas faire un autel en pleine nuit, ca va pas non ? »

A quatre heures du matin, je ne dormais toujours pas et j’ai capitulé. « Ca va, putain, je me lève, je vais le faire ce bon sang d’autel. Comme si j’avais que ça à faire. » Je me suis dit que quelque chose ne tournait pas rond chez moi. Depuis quand on se relève en pleine nuit pour faire un autel ? Et depuis quand les dieux réclamaient des autels d’abord ? Non, ca devait être dans ma tête. Je l’ai fait. J’ai eu du mal, parce que l’idée de faire une autel à une déité m’apparaissait un peu absurde. Bizarre. J’avais bien un autel, mais il était consacré à la pratique magique. Pas à une déesse. Surtout pas une déesse du foyer.

Quand l’autel a été fait, j’ai remplie la minuscule coupelle de lait frais. Et avec le sentiment du devoir accompli, je suis retournée me coucher. Il n’y a que moi que ca perturbait apparemment. Mes amies ont gloussés : « ca va, tu commences à l’assumer ton côté Daronne ? »

Modérément.

L’amie est repartie, et j’ai commencé à creuser certaines choses. J’ai recommencé à rêver. Des rêves bizarres. Avec une femme habillée en bleu qui me dit que je me suis mise dans une situation très délicate, que je n’ai aucune idée de ce qui va me tomber dessus, et que j’ai intérêt à l’écouter si je ne veux pas avoir de très gros problèmes. Que ma vie va changer, et que « je n’ai aucune idée de ce que j’ai provoqué avec mon attitude passée. »
Dans un autre rêve, après avoir fait certains travaux, elle me donne une liste. Et je me fais remonter les bretelles pour avoir fait une réflexion déplacée. Elle me fait les gros yeux, et je me souviendrais toujours de ce qu’elle me dit : « tu veux venir avec nous ou pas ? » « Oui. » « Alors tu vas apprendre à nous connaître. On ne te demande pas d’aimer ou d’apprécier tout le monde. Juste de montrer le minimum de courtoisie nécessaire pour la diplomatie. Et tu vas apprendre. »

Je n’avais aucune idée de quoi elle parlait à l’époque. Ce n’est pas si vieux. Cela date d’il y a un an. Et en une année, ma vie a radicalement changée. Aujourd’hui, avec un peu de recul, je comprend pourquoi elle est venue, le sens de ses paroles. De choses que je n’auraient jamais du dire. Et si parfois tout n’est pas toujours facile, je suis reconnaissante.
Envers Frigg parce qu’elle a sans doute évité que les choses ne soient encore plus compliquées, plus dures. Parce que même si, contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle n’est pas « gentille ». Elle sait être protectrice, mais elle est aussi être sévère et intransigeante. Envers les plaisanteries de tous les sorciérons, qui se reconnaîtront, parce que sans leurs plaisanteries, je n’aurais jamais accepté une partie de moi-même et travaillé sur moi à ce niveau là. Et envers l’Amie venue passer quelques jours en août 2012 à la maison, parce que même s’il y avait de nombreux signes avant-coureurs, elle a été le déclencheur du voyage que je n’aurais jamais pensé entamer.

🙂

Expo Viking, Musée National de Copenhague

Nous avons été passé quelques jours au Danemark avec Ulvaten, et à Copenhague, se tient actuellement l’expo Viking (jusqu’au 17 novembre 2013).
Voici quelques photos de l’exposition, par contre, je suis désolée, je n’ai pas pensé à noter la description de chaque objet (ou à la prendre en photo). Il n’y a donc pas toujours de descriptifs -en tout cas pertinents, pardon pour le côté Master of Obvious de certaines. Pour voir l’image dans d’autres tailles, cliquez dessus.

PHOTOS PERSONNELLES, MERCI DE NE PAS COPIER OU REPRODUIRE SANS AUTORISATION.

Ornements de costumes, perles, broches.

Bracelets, bagues, bractéates (au fond une épée)

Le collier est un ornement funéraire féminin. Vers 1050-1100, Kjuloholm, Kjulo, Finlande.
Les bagues datent du IXe siècle et ont été trouvées au Danemark, dans le Jutland.

Pointes de lance.
Celle du haut a été trouvée en Angleterre et date du XIe siècle (58cm).
Celle du milieu, en fer et en argent a été trouvée en Angleterre (pas de datation, 38 cm).

Crâne d’homme (900-1050) ayant les dents limées trouvé dans une tombe à Kopparsvik, dans le Gotland (Suède). On ignore pourquoi il avait les dents limées de la sorte, mais de nombreux crânes présentant la même particularité ont été trouvés. L’hypothèse que ce soit une distinction pour certains marchants ou guerriers à été soulevée.

L’ancêtre des ciseaux et un anneau avec des marteaux de Thor, Xe siècle (fer et cuivre).

Epées -non sans blague- (entre le IXe et le Xe siècle)

Epée à double tranchant, portant l’inscription VLFBERHT (on est bien avancé), 800-950. Peltomaa, Häme, Finlande.

Contrairement à l’imagerie populaire répandue notamment au XIXe siècle, les casques vikings n’étaient pas pourvus de cornes ou d’ailes.

Pointe de lance avec incrustation d’argent, XIe siècle, Tampere, Finlande

Reconstitution de costumes (de mémoire du XIe siècle)

Figurine représentant probablement Odin sur Hlidskjalf, avec Hugin et Muninn. Le lien entre Odin et la magie féminine (seiðr) peut expliquer le fait qu’il porte des vêtements féminins. L’hypothèse que cette figurine pourrait représenter une völva a également été soulevée. (800-1050, Lejre, Seeland, Danemark)

Tambour rituel (impossible de retrouver mes notes à son sujet, ouin)

Amulettes avec le marteau de Thor, à peu près à l’époque de la Christianisation.

Cette représentation peut être interprétée de différentes manières : valkyries, nornes ou disir ? Style scandinave, IXe-Xe siècle, Pologne.

A droite : coupe en argent, datant de la première moitié du Xe siècle, retrouvée à Lejre au Danemark. Elle était probablement utilisée lors de banquets mais aussi sans doute dans un but rituel. La figure féminine qui y est gravée ressemble à une autre figurine représentant Freya (celle de gauche)

Les objets de ce type pourraient avoir été utilisés comme baguettes pour des usages magiques. Celle de gauche a été trouvée en Suède. Celle de droite date du Xe siècle, Seeland, Danemark

Les objets de cette image ont été retrouvés enterrés avec la « femme de Fyrkat », qui était probablement une völva. Elle mesurait à peu près 1.70m. Ces objets montrent qu’elle était une personne inhabituelle et pratiquait la magie.

Pierre du VIIIe siècle, Broa, Gotland, Suède.

Reproduction moderne d’anciennes pierres runiques.

Idem

Je ne ferai aucun commentaire :p

[PBP/Loki Project #19] O – De Loki à Odin

“Nattens tystnad” © Heathen Harnow

Odin est un dieu complexe, c’est le moins que l’on puisse dire.

Les débuts n’ont pas été des plus simples, et pour cause, j’y suis allée à reculons. Il m’a fallu pratiquement neuf ans pour arrêter de faire ma tête de mule. Et quand j’ai commencé à m’y intéresser, le réservoir d’eau suspendu au-dessus de ma tête s’est brutalement rompu, et je me suis pris 30 000 litres d’eau sur la tronche.

Il est souvent décrit, entre autres, comme un dieu de sagesse et de magie, mais les aspects prédominants dans ma pratique sont plutôt ceux de mort et d’extase, et quand j’y pense, les frontières entre ces deux notions sont assez perméables, au moins en terme d’énergie.

Il n’a pas grand chose de calme et de posé, je le ressens parfois comme une sorte de prédateur à l’affût dans le noir, vous guettant avec un large sourire en lame de couteau. Il y a quelque chose de cruel et d’affûté dans cette attente, quelque chose de sourd qui gronde et que l’on perçoit à peine. Formulé de la sorte, cela n’apparaît pas comme particulièrement joyeux, je sais. Je sais aussi que souvent, les rares bribes de ce que je relate à propos de cette découverte et de ce travail peuvent donner une impression de quelque chose de pénible, de terrifiant. Une très mauvaise expérience dont on se méfie. La réalité est différente, bien différente.

Je ne pensais pas qu’il me reconnecterait à la source que j’avais tant cherché avant de laisser tomber. Cet extase là n’a rien de mesurable. Ca a été comme d’être à côté d’un réacteur nucléaire. Quand les alarmes se sont déclenchées, il était trop tard. J’étais devant le réacteur et tout a sauté. L’image est violente, et les radiations l’ont été aussi. Mais violent n’est pas toujours synonyme de nuisible, ou de négatif. La violence dénote aussi une intensité, parfois plus qu’une intention.

Et la mort.

La mort de ce que je connaissais. Parce que toutes les certitudes, certes vacillantes pour certaines, que j’avais eu se sont trouvées balayées. Parce que certains aspects de ma vie ont valsés, certains écartés pendant un moment, d’autres fracassés. Parce que certaines déités ont été littéralement dégagées de ma vie. Tout le monde dehors, hop, circulez y’a plus rien à voir.
Loki était le dieu le plus ancien dans ma pratique. Le premier. Le seul du panthéon nordique que je trouvais intéressant. Et si je n’ai pas toujours fait que des choses intelligentes, censées ou réfléchies, il m’a énormément apporté. Il m’a aidé à une époque où il n’y avait plus rien d’autre. Et c’est par le chaos que j’ai retrouvé le chemin de ma pratique. Il y avait un avant. Il y a eu un après. Une barrière. « Maintenant c’est comme ça. Pour le moment en tout cas. » / « C’est mieux pour toi. Vas-y maintenant. »

Impossible de me reconnecter à ce niveau là. Les frontières sont closes et les demandes de visa balayées du revers de la main. No way.

Et même si aujourd’hui on pourrait dire que les choses se sont assouplies, quand j’écris sur Loki ou quand je pratique, je sens que ca n’a plus rien à voir. Je reste dans le factuelle, parce que de « non factuelle », il n’y a plus que des bribes effilochés qui subsistent encore de l’ancien tissage.

Est-ce que je regrette ? Certains impacts, oui, parce que je me suis sentie coupable. « Si j’étais restée à allumer des bougies blanches à la pleine lune, certaines choses auraient été plus simples » me suis-je souvent dit. (Probablement une connerie de plus à ajouter à mon compteur.)

Est-ce que je regrette ? Parfois, quand je me souviens des morceaux de verre dans le kaléidoscopes, je regrette leurs dessins et leurs enchantements. Mais la musique de leurs couleurs, je n’étais pas en mesure de l’apprécier. Pas comme j’ai pu apprécier une autre musique. Qu’est-ce qu’il y aurait à regretter, quand même les couleurs chantantes se figent, jusqu’à ce que vous les posiez ?

Dans le fond, en dépit des apparences, j’ai au moins autant reçu que donné. Cela n’a pas été facile, en sautillant et en claquant des doigts, apporté sur un plateau d’argent. Mais je mentirais si je disais que, au final, tout m’avait déplu. Je mentirais si je disais que tout était horrible. Je vous mentirais si je vous disais que j’ai continué sur ce chemin là par obligation.

Merci Loki.

[PBP] J – Se faire jeter par une déité

Tout d’abord, rendons à César ce qui est à César : c’est l’article de Nemn qui m’a fait penser à cela. Petite précision : j’entend ici la pratique dans un sens « travail avec une déité », le contexte « uniquement » religieux (quand on honore une déité par exemple) ne nécessitant pas forcément « d’interactions ».

On parle souvent des déités qui occupent une place dans notre pratique, moins de celles qui l’ont jalonnés au fil des ans, et encore moins de celles avec qui nous avons tenté de travailler pour se faire claquer la porte au nez. La question du « établir un contact avec une déité » demanderait un article séparé à elle seule, tout dépend des personnes et de leurs pratiques, mais il est généralement admis que l’avoir honorée et la connaître un minimum est une sorte de pré-requis,   le respect de base. Après, il y a des personnes qui tentent d’établir un contact volontaire (elles souhaitent travailler avec telle déité pour telle(s) raison(s) ), celles qui restent « open » et attendent de ressentir qui se pointent pour démarrer une approche. Par le passé, je me suis trouvée au milieu de ces deux tendances, c’est moins vrai ces derniers temps, où pour ce qui est de démarrer un travail particulier ou de pratiquer avec une déité, j’attends de voir qui se pointe, d’avoir des indications et/ou des ressentis particuliers, généralement par le biais de mes rêves.

Lire la suite

[PBP] F – Futhark

Note : cet article ne traite que de la divination et des énergies des runes, j’essayerai de faire un jour une autre partie sur les utilisations magiques des runes

Première(s) rencontre(s)

Ma première rencontre avec les runes… et en le relisant, gros « hum, pardon les conneries ». « Le rune » mais lol… source Le monde des alphabets, paru en 1998

Je ne me souviens pas précisément du moment où j’ai fait la connaissance des runes : il me semble que cela remonte bien avant ma découverte du paganisme. J’étais passionnée par les alphabets anciens, les langues et les codes secrets et on m’avait offert un livre dessus quand j’étais au collège (je devais avoir aux alentours de 13 ans). Je passais des après-midi à essayer de comprendre les glyphes maya, en piquant des crises de rage parce que je ne pouvais pas lire ce qui était marqué, et quand je lisais que les savants n’avaient pas réussi à toutes les déchiffrer. Ca me mettait dans une colère noire de penser que tout avait été détruit et que nous étions maintenant privé de cette connaissance. Bref. Dans ce livre, il y avait aussi l’alphabet cyrilliques et les runes, et je m’étais mis à les apprendre tous les deux, pour pouvoir m’en servir pour écrire sans que l’on comprenne. En 3e, avec une amie, nous échangions nos petits mots comme ça, parfois en mixant les deux alphabets pour être certaines que personne ne pouvaient comprendre.
Je pensais à l’époque que plus personne ne savaient les utiliser, qu’elles étaient désormais inutiles et cela me rendait triste. Je me disais qu’un jour, j’aimerai les comprendre comment elles étaient utilisées, pourquoi. Pourquoi elles avaient disparues (puisque c’était ce que le livre disait).
Et puis j’ai un peu grandi et j’ai eu d’autres sujets de préoccupations. Quelques années de creux avant qu’elles ne reviennent un jour, mentionnées dans des livres. J’allais à la bibliothèque de ma fac et je cherchais les livres dessus (j’étais dans une fac avec un département nordique).

Le début du travail avec les runes

Ce n’est qu’en rencontrant la personne qui est devenue par la suite ma meilleure amie que j’ai commencé à travailler avec. Je me souviens de la tonne de recherche que j’ai fait à cette époque, puisque ce n’est qu’à ce moment que j’ai eu internet chez moi (et que je me suis rendue compte que, ô miracle, je n’étais pas toute seule, cela parait fou dit maintenant).

Je les ai d’abord synthétisées, comme on le voit souvent. Fehu = le bétail etc. Je me suis mise à lire deux ou trois trucs de mythologies nordiques, mais je ne faisais pas le lien. Je travaillais avec elles de manière désincarnées, on peut dire. C’est triste à dire, mais pour moi, c’était un outil de divination et un système d’écriture. Point. Je les ai appris relativement vite et j’ai commencé à essayer la méthode conseillée par Freya Aswynn : dessiner les runes sur des gâteaux et les manger. Cela n’a jamais donné grand chose pour moi : à la fois parce qu’avec le recul je pense que la façon dont nous souhaitons approfondir la compréhension d’un système dépend de notre personnalité, et parce que de toutes façons, je ne voyais pas le lien avec les mythes et encore moins avec Odin (je ne vais pas revenir sur la question des rapports entre le Vieux et moi, j’en ai déjà parlé) cela me gonflait qu’on me dise que je ne pouvais pas les comprendre si je les sortais du système : j’estimais me débrouiller très bien avec, que je m’intéressais suffisamment à la linguistique et à leurs significations, et basta. Puis j’ai découvert les oghams, et je me suis mis à mieux les comprendre que les runes, que j’ai laissé de côté niveau divination pour ne les employer que dans des travaux magiques.
Quelques années plus tard, j’ai testé les fameuses « positions runiques » décrites par Edred Thorsson avec Ulvaten. Cela faisait un moment que je n’avais plus remis la tête dedans, et je me souviens d’ailleurs m’être trompée de rune, confondant Ansuz et Fehu (bravo). Toujours est-il qu’à part des crampes dans les bras et des fous rires, cela n’a pas du tout été concluant comme expérience, cela nous a vite gonflé et on a laissé tomber.

Méthode de travail personnelle

J’y suis revenue « vraiment » l’an dernier, après plusieurs années de haut et de bas à tenter de creuser la question plus profondément, et il m’est alors venue en tête une idée.
M’inspirant des principes du journal créatif, je me suis plongée dans l’étude des runes de la manière suivante : d’abord un travail sur le souffle, en m’imprégnant de l’énergie de la rune et en la chantant. Ensuite une méditation/voyage. Noter les rêves qui se présentent et leurs significations, et puis dessiner la rune telle que je la ressens. Sans chercher à étudier le concept ou relire les travaux d’autres auteurs en parallèle.
Au départ, je publiais les dessins sur mon blog perso, et puis très vite c’est devenu trop personnel pour que j’ai envie de le partager, même avec des ami(e)s (j’en ai partagé un pour l’occasion).
Je me suis rendue compte que les rêves que je faisais étaient systématiquement en lien avec la rune étudiée, et que des connexions entre les différentes runes se faisaient, alors que je n’y aurais jamais pensé auparavant, des utilisations magiques pas forcément toujours citées. En tout cas, cette méthode est la plus pertinente pour moi : cela ne veut pas dire que, intrinsèquement c’est la meilleure, mais en tout cas, c’est celle avec laquelle j’ai les résultats les plus concluants.
Le plus flagrant, c’est que toutes sortes de choses se sont débloquées suite à ce recommencement d’apprentissage ; en parallèle, je me suis plongée dans l’étude des textes, et il faut bien reconnaître que cela n’a absolument rien à voir avec des fiches de présentation de chaque rune. Je ne sais pas si c’est le fait de commencer à avoir de la « reconnaissance » de leurs background respectifs qui a fait que j’ai mieux compris certaines subtilités, ou si c’est le fait de les étudier de manière « organique » qui m’a amenée à considérer ce background comme quelque chose de primordial, mais le fait est que l’angle d’étude a considérablement évolué.

Divination runique ?

Je ne sais plus trop quoi penser de ces histoires de divination par les runes. D’un côté, cela donne indéniablement de « bons » résultats (suivant les cas) et même s’il n’est pas historiquement avéré qu’elles servaient à la divination, nombreuses sont les personnes qui le font aujourd’hui et nos pratiques ne sont pas celles des premiers siècles. De l’autre, je comprend ceux pour qui les runes ne sont pas un outil de divination. Elles ont vraiment une énergie et une histoire particulière et si je l’ai beaucoup fait à une époque, l’idée de me lever le matin et de piocher « la rune du jour » me laisse plus que perplexe aujourd’hui. Je reconnais ne pas avoir d’attitude stable à ce niveau là (après avoir été un peu casse-couille cet automne à ce sujet), bien que je tende à réserver le tirage des runes pour des cas particuliers ou quand la question est en adéquation avec certains travaux ou certaines personnes. Ceci étant, étant donné la quantité d’imbécilités que j’ai faites dans le passé (et pas seulement avec les runes, hum), je ne me vois pas trop donner d’avis péremptoire sur la question et je préfère laisser chacun réfléchir à ce qu’il souhaite faire.

L’énergie des runes

Les runes possèdent des énergies vraiment particulières, propres à chacune : pour cette raison, je trouve qu’il est souvent plus efficace de faire ses recherches et un travail personnel pour ensuite mieux les comprendre : certaines nuances, certaines indications peuvent être très personnelles et ne pas se retrouver forcément partout. Quand je tire les runes, je serais souvent bien en peine de mettre le tirage par écrit en le résumant. Parce qu’elles ne sont pas résumables à des significations précises. Tirer « laguz » et dire, « c’est la rune de l’eau, de l’inconscient » n’est pas toujours pertinent : je sais qu’elle apparait parfois pour désigner des cycles temporels, mais des cycles liés à l’évolution personnelle, pas forcément aux saisons ou à une durée calendaire. C’est un peu si on se branchait sur un canal particulier, et que chaque rune venait murmurer son histoire, son message à l’oreille. Dans le même ordre idée, je tire rarement une nombre de runes précis quand j’ai besoin d’expliquer une situation ou de creuser une piste. Je me contente de demander aux esprits des runes si l’un deux à quelque chose de spécial à me dire, et là commence l’histoire. Comme dans les histoires écrites, parfois il y a une introduction et une mise en situation, et parfois tout commence directement, in medias res. Parfois, la réponse possède même un « style » particulier, exactement comme celui d’un écrivain : j’ai refait récemment l’expérience suite à un changement qui m’a beaucoup perturbée, et je me suis retrouvée à 4h30 du matin, assise devant l’autel, à écouter l’histoire, jusqu’à ce que Perthro tombe, indiquant ici « suite dans le prochain tome à paraître ». Comme il n’est la plupart du temps pas encore écrit, je sais que ce que je vais faire, les tressaillements qui seront engendrés (par moi aussi bien que par d’autres) seront peut-être très différents.

Chaque rune possède plus ou moins son caractère, et elles n’interagissent pas exactement de la même manière avec tous le monde. On s’entend bien avec certaines, avec d’autres, c’est parfois plus difficile. Il peut, à mon sens, même arriver que certaines runes très positives dans les tirages d’une autre personne soit plutôt mauvais signe dans le sien. Ce n’est pas quelque chose de figé : il y a des runes qui me crispaient il y a dix ans et avec lesquelles cela va aujourd’hui, et vice versa. Il y a des runes qui parfois, me font juste l’effet d’une blague énorme genre « Ha ha ha ha ! See you next time. Ha ha ha ».

Cela se complique quand on fait des tirages pour une autre personne, parce qu’il faut distinguer ses relations personnelles, et ce qu’elles vont exprimer à l’autre personne : il faut arriver à savoir si l’on est qu’un simple « canal » et que la réponse est directement liée à autrui (ce qui arrive souvent quand l’autre personne connaît aussi les runes) ou bien si c’est à vous que l’on parle. Ce n’est pas toujours simple et il n’y a pas de règle précise et absolue. Il arrive qu’une personne ne connaisse rien aux runes et que pourtant, la réponse lui soit directement adressée.

Qui parle ?

C’est un peu le même type de « problème » par rapport à Odin : parfois j’ai l’impression que chaque rune parle dans une langue et sur un registre différent, et qu’il faut effectuer une traduction simultanée de chaque signal. Parfois, quand on teste plusieurs signaux pour une même rune, le message sera complètement différent, et pourtant chacune des réponses demeure pertinentes. Ce n’est que mon ressenti, bien sûr, et il vaut ce qu’il vaut, mais parfois c’est lui qui répond, parfois les runes directement, et si demander un angle pur décrypter la réponse aide parfois, il faut dire que parfois on vous laisse vous démerdez -en se marrant un bon coup à vos dépend en prime quand vous pédalez dans la semoule.

[PBP] E comme les erreurs et les excuses…

… au sein de notre pratique. Ou « je comprend vite mais il faut m’expliquer longtemps« .

Il y a assez peu de temps que je travaille vraiment avec le panthéon nordique et que je suis à même de comprendre certaines subtilités. Si Loki est sans doute la déité la plus ancienne que j’ai approché dans ce panthéon là, pendant très longtemps, la plupart des autres ne m’intéressaient pas. Si j’avais lu quelques textes comme le Hávamál, et avait connaissance de certaines notions, l’ensemble restait flou pour moi. Je ne comprenais ni certaines nuances ni les rapports globaux. J’avais décrété que cela ne m’intéressait pas, et les quelques personnes dont la pratique était axée sur ce panthéon ne m’avaient absolument pas donné envie de creuser la question, au contraire. Cela avait provoqué une sorte de blocage qui, lié à mon caractère pas toujours subtile, a donné des résultats pas très heureux. Bien sûr, je connaissais les runes, plutôt bien même. Mais elles étaient désincarnés dans le sens où je les avais ôtés de leurs contextes respectifs. C’est un point sur lequel j’ai bien changé d’avis aujourd’hui, et je ne pense plus qu’on puisse vraiment essayer de les comprendre si on les coupe de leurs racines, elles sont, d’une certaine manière, l’opposé des outils factuels. Mais ce n’est pas vraiment la question non plus.

Je l’ai déjà dit pendant le Odin Project, mais je vais le redire aujourd’hui. Je n’aimais pas Odin. Je ne savais pas vraiment pourquoi, sans doute un mélange entre la façon dont il est présenté et son « opposition » à Loki (même si pense que cette opposition est davantage le résultat de certains points de vues qu’un fait, mais en la matière, les faits sont toujours des éléments discutables), le fait qu’il ait une importance prépondérante pour beaucoup de groupes. Le mélange de ces éléments avec ma tendance à prendre souvent, consciemment ou non, le contre-pieds des avis collectifs, j’avais décrété que je ne pouvais pas le blairer. Je pensais que le fait de travailler avec Loki, en plus de certains surnoms -quoique très factuels pour certains- peu élogieux et exprimer ma répugnance (c’en était) pour lui suffiraient à m’en tenir éloignée à vie. Las. C’était stupide, dans le fond comme dans la forme, et si j’avais mieux compris les interactions entre les déités nordiques j’aurais vite vu que c’était stérile (en plus d’être immature et débile, mais, il n’y a pas besoin de lire les Eddas pour s’en rendre compte. Il faut juste quelques coups de pieds au cul et quelques années de plus au compteur.) Quand il a débarqué, ca m’a vraiment fait chier. Oh, il a mis longtemps avant de se faire comprendre. Il a fallu plusieurs années pour que je me retrouve au pied du mur, et même au pied du mur, je lui ai dit que s’il voulait vraiment se pointer… et quand bien même, je ne l’apprécierais jamais. Jamais. Bon, finalement, j’ai eu de la chance parce que j’aurai vraiment pu me prendre une tarte en pleine poire, mais ca s’est bien passé, ceci étant, j’avais trop d’orgueil pour accepter vraiment certaines choses, alors il a fallut faire des choix. Soit j’acceptais que je m’étais royalement planté, je changeais mon fusil d’épaule et j’ouvrais ma putain de porte, soit je pouvais continuer à me draper dans mon orgueil à la con, et bref.

L’été dernier, j’avais fait un rêve avec Frigg, qui me gourmandait sur mon attitude. En gros, elle m’avait filé un livre avec la généalogie de tout le monde, et je devais apprendre. Et en voyant un certain nom, je m’exclamais « ah nan lui je peux pas le blairer ». Elle me demandait juste si je voulais les suivre, et je disais « oui ». Elle me répondait alors que, mes avis personnels, ils n’en avaient stricto sensu rien à carrer (elle l’a dit de manière beaucoup plus polie, elle parle bien Frigg) de mes avis perso, et que soit je voulais, soit je voulais pas. Que j’étais priée de connaître tout le monde et de fermer ma grande mouille. On ne me demandait pas d’apprécier tout le monde, juste de les connaître, de manière à pouvoir entretenir des « relations diplomatiques » avec eux, et que je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer pour moi. J’ai même pas oser moufté.
J’avais pas trop compris le rêve sur le coup. C’était avant le Odin Project, avant tout ca. Frigg est la première qui se soit pointé, je veux dire, vraiment pointé. Le genre où vous vous retrouvez à faire un autel à 4 plombes du mat’ parce que vous avez ca en boucle dans la tête et que, merde, vous aimeriez bien dormir. Et pendant que vous le faite, vous vous demandez si vous êtes subitement devenu barge ou bien quoi. J’ai au moins eu le « bon sens » de l’écouter, même si ce n’est pas vraiment du bon sens, plutôt la pétoche que l’on ressent quand on rentre au milieu de la nuit et que notre mère nous attends dans la cuisine parce qu’elle nous avait défendu de sortir, et qu’on sait que ca va barder pour notre matricule. On parle souvent des côtés creepy d’Odin, je peux vous dire que Frigg me fait carrément plus flipper.

Le dieu en question que j’avais désigné dans le fameux bouquin, c’était Tyr. On peut pas dire que mon attitude était factuelle, et on peut pas dire que c’était mes oignons non plus. De fil en aiguilles, je me suis mise à penser à tout ca de manière plus rationnelle, de regarder tous les liens entretenus et les relations complexes. Non seulement par rapport à lui mais aux autres. Et un jour, pendant un « blót » (je met le mot entre guillemets, parce qu’étant donné que mes seuls repères sont des textes, et que je n’ai jamais assisté à un « vrai » blót, même si nous nous basons sur des ressources fiables, de façon purement intellectuelles, il y a un doute, et je n’ai pas d’autres expériences me permettant d’établir des comparaisons factuelles), je lui ai présenté mes excuses (pas qu’à lui tant qu’à faire et c’était un peu plus complexe, mais passons.)

Tout récemment, je me suis retrouvée à « accompagner/guider » quelqu’un pendant un rituel, et il s’avère qu’une des déités faisaient parties de celles à qui j’avais présenté des excuses. Je me souviens de la sensation au moment des offrandes. Que, effectivement, certains panthéons sont plus « soudés » que d’autres, mais qu’en matière de panthéon nordique, entretenir des relations qui soient au minimum de courtoisie est une base fondamentale. Je me suis demandé ce qui aurait pu se passer « si ».

[Sigyn Project – Jour 2] Rencontre avec Sigyn

De la même manière que j’avais participé au Odin Project pendant le mois de novembre, je participerai (de manière beaucoup plus épisodique ceci dit) au Sigyn Project, lancé par Galina Krasskova, qui se déroulera pendant le mois de février . Le principe est simple : un mois de dévotion/d’écriture autour de cette déesse.

Je ne connais Sigyn que depuis peu de temps, vraiment peu de temps si l’on considère que Loki traîne dans ma pratique depuis pratiquement dix ans. Pendant longtemps, je ne savais même pas qu’elle existait. Il faut dire qu’à part quelques exceptions, la mythologie nordique ne m’attirait pas vraiment. Enfin, pour être plus précise, la culture, la langue et les runes m’attiraient mais la mythologie ne m’intéressait que d’un point de vue littéraire, absolument pas religieux. Et les quelques personnes Asatrù que j’avais pu croiser ne m’ont jamais donné envie d’en apprendre plus, bien au contraire.

Ensuite, quand j’ai commencé à creuser un tout petit peu plus et que j’ai appris l’existence des deux épouses de Loki, j’ai tout d’abord confondu Sigyn et Sif. Ce n’est que quand j’ai enfin eu envie de déblayer tout ca sérieusement – ca remonte à moins d’un an tout de même- que j’ai compris mon erreur. Honte sur moi.

D’une manière étrange, c’est par Narvi et Vali que j’en suis venue à Sigyn. Une nuit, vers le mois d’octobre, j’ai fait un rêve où je les voyais tous les trois. Une vision fugitive, disparue aussitôt apparue. Il m’en était resté pourtant une impression très étrange d’une grande force et d’amour, un équilibre entre timidité, fugacité et ténacité. Alors j’ai commencé à travailler avec Narvi (plus qu’avec Vali, je ne voulais pas trop faire d’amalgames entre les deux).
Pendant ce travail, je sentais parfois la présence discrète de Sigyn, comme si elle venait voir.

Une fois, durant le mois de novembre, alors que j’étais occupée à faire une méditation, je l’ai vue. Je ne l’ai pas rencontré pendant ma méditation, c’était une image qui s’est superposée pendant quelques fractions de secondes par-dessus le reste. Elle avait l’air jeune, mais pas autant qu’on la décrit parfois -mais ca ne veut déjà pas dire grand chose quand il s’agit d’humains, alors pour les dieux, les notions de jeunesse et de vieillesse me semblent assez aléatoires- elle avait de longs cheveux bruns détachés et un air vaguement pré-raphaélite, l’air doux, mais avec cette lueur au fond des yeux et l’expression volontaire de quelqu’un qui ne se laisse pas faire. Ca m’avait scotchée cette rencontre imprévue.
Le mois dernier, il y a eu ce matin avant l’aube, où je me suis réveillée sous l’effet de la douleur, et le premier mot qui m’est venu à l’esprit est son nom. Je ne sais pas pourquoi, je suppose que j’avais rêvée d’elle.

Elle est une de ces déités qui traînent discrètement, au fond. La main qui écarte très doucement le voilage pour jeter un œil et le laisse retomber quand vous essayez de l’apercevoir. Comme souvent avec ce type d’énergie, je ne sais pas trop comment faire, par manque d’habitude. Je sais qu’elle « passe » et quand je la sens, je ne me focalise pas dessus, sinon sa présence s’évanouit.