Soul Map

Avant toute chose, un peu de contextualisation : Je suis loin d’être une fan inconditionnelle de Raven Kaldera, pour diverses raisons, mais notamment parce qu’il a une fâcheuse tendance à ne citer aucune source dans ses livres. Ils sont bourrés d’informations qui mêlent allègrement UPG et lore, mais sans distinction, de témoignages divers et variés qui ne sont pas sans intérêts, mais je n’aime pas que l’on me sorte tout et n’importe quoi sans indiquer clairement ce qui ressort de l’étude des textes et ce qui ressort du travail / ressenti personnel. La majeure partie de son travail est certes axé sur des figures sur lesquels les textes ne comportent que peu de mentions, mais à mes yeux, ce n’est pas une raison. Il écrit bien, et certaines histoires sont très joliment relatées, mais qu’on ne me fasse pas passer une vision personnelle pour un fait, merci.

La Soul Map ne fait pas exception à cette tendance : il s’agit d’une méthode de divination qu’il a mise au point (?) et qui trace en quelque sorte une « cartographie de l’âme, des corps », âme étant à prendre au sens large, étant donné la multiplicité des concepts nordiques à ce niveau là. Sauf que d’où sortent ces concepts ? En lisant le volume 1 de Our Troth, on retrouve des indications très précises sur ces différentes « parties de l’âme » (dans le chapitre Soul, Death & Rebirth) : hugr, munr, önd, hamr, hamingja, etc (note : là aussi, voir les ressources sur lesquelles ces passages s’appuient). Je suppose que ce n’est pas le seul ouvrage qui en parle, et putain, la moindre des choses, c’est de créditer ses sources. Prendre des concepts et s’appuyer sur le travail d’autres personnes pour en faire une méthode de divination, ca passe. Nous présenter ca comme un lapin bondissant du chapeau d’un magicien, nope. Bref, fin du quart d’heure casse-couille.

Cette méthode est une création moderne (mais de toutes façons, si ma mémoire est bonne, le fait de tirer les runes n’est pas non plus avéré. Le coup de Tacite parlant de bâtonnets de divination et que tout le monde se dit « ah ouais c’est des runes » : en fait on en sait foutrement rien. C’est une manie actuelle. * corrigez moi si je me trompe * Et passons sur le coup de la rune blanche, l’invention foireuse de Ralph Blum, ou sur les postures runiques (mises au point par Edred Thorsson ?). C’est juste pour situer : à une époque j’ai utilisé la rune blanche, et testé les postures pour voir ce que ca donnait -c’est-à-dire pas grand chose dans mon cas-.) mais j’avoue, c’est plutôt foutrement accurate. Un peu violent aussi. Un peu comme se prendre un TGV en pleine tronche. Ce n’est pas le genre de tirage que l’on fait souvent, plutôt un bilan de la situation, un peu comme un bilan de santé avec analyses sanguines et tout le tintouin. J’ai découvert ce concept en novembre 2012, et j’ai eu l’occasion de l’utiliser plusieurs fois, sur moi et sur d’autres personnes. Prévoyez du temps, de la tranquillité et une boîte de mouchoirs (et éventuellement de la gnôle, y’en a parfois qui ont soif pendant qu’on tire). De quoi manger aussi, et du temps pour vous reposer après coup. Je ne blague pas.

Ici, le lien (sur le site de Kaldera) qui explique la méthode en détails.

Après l’avoir fait deux ou trois fois (et m’être bien em…bêtée avec les petits galets pour le premier tour) j’ai chopé des galets de couleurs en verre, ceux qu’on met dans un aquarium. C’est déjà plus pratique que X sortes de mini cailloux. Et puis, j’ai décidé de broder la mienne (j’ai pas assez de trucs à faire).
C’était chiant. Mais c’était vraiment chiant. Et long. Et chiant. Surtout pour les noms en runes en dessous de chaque plot. Sans rires, une fois pas deux.

La bête, face endroit

Et comme je trouvais que l’envers serait tout nu, j’ai décidé de broder un dragon (tant qu’on y est, pourquoi s’emmerder à faire simple ?)

Le dragon vu de plus près (oui, il a une tête de… non je peux pas me résoudre à le dire) :

J’avais trouvé le motif en fouinant sur Pinterest, au cas où ca intéresse quelqu’un, voilà le dessin, si jamais vous avez envie de vous éclater par un mercredi pluvieux. [édit : à la base, c’est un flash pour les tatouages, il a été dessiné par cette personne]

dragon_broderie

Ce n’est pas très compliqué à faire, il faut juste du temps et de la patience (mon stock de patience est généralement assez limité). J’ai bidouillé des flèches brodées en « double faces » pour maintenir ensemble les deux pans de tissus, envers et endroit. La broderie est du coup réversible, on ne voit pas les nœuds. Tout a été monté et brodé à la main, avec des inclusions de tissus. Après l’avoir finie, il y a eu deux-trois bidouillages / procédures perso  (comme pour un tirage, histoire de dire « bonjour, s’il vous plait et merci » parce que j’essaie de ne pas me comporter comme une malotrue).

Au niveau des interprétations, je suis en train de faire des recherches complémentaires, d’abord histoire de savoir d’où sort chaque « plot », de comprendre quelles significations avaient / ont ces ces concepts, leurs évolutions, l’origine de leur nom, voir ce qui est « avéré »et ce qui est une supposition etc. Éventuellement, il me semble que certains (comme la « mægen ») peuvent même être « divisé » en deux, pour avoir des réponses / aperçus plus précis. Ca ne retire pas le fait que cette méthode fonctionne très bien, mais quand j’utilise quelque chose, j’aime bien comprendre comment ça marche, d’où ca vient, le pourquoi du comment, etc.

[Odin Project #8 / PBP] W – Wunjo, Odin : seiðr, fureur, extase

Le nom Odin (Woden en Vieil Anglais, Óðinn en Vieux Norrois, souvent anglicisé en Odhinn, voir parfois Othinn) provient de la racine óðr- qui signifie fureur (sous forme d’adjectif, j’ai parfois lu que le nom óðr se rattache à la poésie, on retrouve d’ailleurs cette origine dans Óðrerir, qui contient « l’hydromel de l’inspiration poétique »). J’avais déjà abordé précédemment un des sens de wunjo. Ici il sera davantage question de certaines applications de cette rune et du lien avec Odin (qui avait été aussi abordé brièvement l’an dernier ici), les notions de fureur et d’extase feront probablement l’objet d’autres articles ce mois-ci. A noter que je ne propose que mon interprétation, elle est donc à prendre avec précaution et n’est absolument pas fixée, c’est davantage une « proposition d’exploration ».

Wunjo est connectée aux plaisirs et à la joie. Il s’agit d’une rune essentiellement liée au matériel, du moins à première vue. Il est intéressant de noter qu’elle a disparu du futhark à seize runes : parmi les hypothèses tentant d’expliquer la disparition de ces runes, j’avais lu [où ?] qu’auraient pu être ôtées les runes dont la signification ne correspondaient pas aux « idéaux » alors en vigueur. C’est une possibilité. Ceci étant, les runes ayant été utilisée à des fins tout à fait pragmatiques, je pense que l’explication linguistique simple n’est absolument pas à négliger, bien au contraire : l’évolution du langage pouvant expliquer la disparition de certains signes, qui correspondaient à des sons qui n’étaient plus utilisés. Néanmoins, ces deux hypothèses se complètent très bien (je suis curieuse de pouvoir lire ce qu’en disent les spécialistes de la question qui l’ont étudié sous un angle purement factuel, dénué de toute pratique « magique ».)
Autre question que je me pose : celle d’un possible lien entre la racine du nom « wunjo » et des noms d’Odin (Woden, Wotan, Wodanaz etc). Je n’en sais absolument rien, c’est une interrogation pure.

Dans l’explication « basique » de la rune Wunjo, celle de la joie simple liée au matériel comporte également le plaisir sexuel. Si Odin est un dieu de fureur (pour paraphaser Adam de Brême  « Wotan, id est furor »), celle ci a souvent été rabattue au rang de « fureur guerrière » mais par fureur, on peut aussi inclure une sorte d’état transcendant, la fureur n’était pas spécifiquement l’expression de la colère, mais plutôt une canalisation d’énergie débordante, aussi bien d’un point de vue guerrier, que d’un point de vue sexuel ou à des fins « rituelles » (extase, transe chamanique).

J’ai souvent lu que Othala était liée à la pratique du Seiðr, et j’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi. En étudiant Wunjo, j’ai constaté qu’elle a un rôle de « canalisateur » assez important : plus que la joie, elle peut aussi dénoter la capacité à engranger / canaliser une énergie. Je l’avais l’an passé reliée à la capacité des berserker (je dis berserker pour simplifier mais ce ne sont pas les seuls types de combattants à se battre sous l’effet d’un état de transe) à passer en transe guerrière, mais aussi à une sorte d’intoxication.  A ce sujet, cela n’est pas sans m’évoquer l’hydromel et l’état d’ivresse : il est dit qu’Odin ne prend pour toute nourriture que de l’hydromel, et qu’il donne la viande à ses loups, Geri et Freki.
Wunjo permet la réception, l’ouverture, l’alignement sur une énergie (et doit pouvoir servir à la pratique de certains rituels de possession comme celui décrit par Katie Gerrard dans Seidr : The Gate is Open. Note : tout dépend de la déité en question, bien sûr.)

Pour moi, Wunjo est une rune fortement liée au Seiðr : c’est une rune de pénétration, énergétique et/ou sexuelle, et la pratique du Seiðr n’est pas une pratique « aseptisée » : elle ne sépare pas le sexe de la pratique magique comme c’est souvent le cas dans certaines pratiques magiques contemporaines. Bien au contraire, on peut se servir de l’acte sexuel [quel qu’il soit] pour atteindre un état de conscience modifiée et/ou utiliser l’énergie de l’orgasme, par exemple, pour certains types de travaux.
La pratique du Seiðr était jugée dégradante pour les hommes, dont on disait qu’ils était dévirilisés par cette pratique. Curieusement, là aussi quand on parle d’Odin en tant que « dieu-magicien » beaucoup semble oublier le concept d’ergi (qui fera l’objet d’une explication ultérieure). Pour l’instant, l’ensemble wunjo / seiðr / extase / Odin est plutôt cohérent. Rappelons que Seiðr, d’après Ed Richardson, signifie quelque chose comme « bouillonnement ».
Chanter la rune au son d’un tambour au début d’un voyage provoque une sorte de levée du « verrou ». (Généralement, quand je pratique, il n’y a pas de « méditation guidée », je fais le vide et d’autres trucs -chants etc- et je sens simplement au bout d’un moment quelque chose qui se « déclique » et comme une vibration / sensations particulières que j’aurais du mal à décrire. Ceci étant, ca n’est pas systématique. Parfois, il n’y a rien. Le  combo déclic+vibrations n’est pas « la fin » mais plutôt la condition pour que « le reste » puisse avoir lieu, bref passons.)

Pour finir, cela me fait penser de façon assez incongrue au roman de William Faulkner (pour la petite histoire, il parait qu’il n’arrivait à écrire que complètement bourré) Le bruit et la fureur. (Aucun lien, je sais.)

[PBP / Mois pour Frigg] Perthro

Wyrd © Sam Araya

Perthro, la rune du cornet de dés, du destin. Affectueusement (tout est relatif) surnommée par Freya Aswynn la rune Fuck Off. (Les feuilles d’Yggdrasil)  La rune des naissances. Ceci étant la signification de cette rune fait l’objet de nombreux débats et les interprétations divergent. D’ailleurs, pendant que je divague, je me demande d’où sortent les interprétations des runes, comment les spécialistes ont fait pour associer des significations à ces symboles ? D’accord il y a des textes qui ont été décortiqués, mais le processus global m’intéresse.

C’est dans la Lokasenna qu’il est dit que Frigg connaît la destinée de tous les êtres, quand bien même elle n’en souffle mot. Cette dernière essaie de calmer Odin et Loki qui s’insultent mutuellement, notamment à propos de leurs sexualités respectives et elle  leurs demande de garder dans le passé ce qui date du passé (ce qui se passe à Vegas reste à Vegas). Loki lui rétorque qu’elle n’a qu’à fermer sa gueule et raconte deux trois trucs pas piqués des vers (un jour je ferais une petite adaptation en argot de la Lokasenna, chaste oreille s’abstenir….) et Freya intervient (traduction R. Boyer / Fayard / 1976) :

« Tu es fou furieux, Loki
De prononcer
Les charmes exécrables ;
Les destinées,
Je crois que Frigg les sait toutes,
Quand même elle ne les dirait pas. »

Rappelons que chez les nordiques, le destin est pas exactement immuable, le wyrd est influencé par l’örlog. Pour faire une distinction simple que j’espère pas trop erronée, l’örlog est le destin en mouvement, sur lequel nos actes, nos paroles ont une action performative : chaque chose que nous faisons ou ne faisons pas à une influence sur l’örlog. Le wyrd est le résultat final de notre örlog, mais aussi la somme des örlog combinés. Le wyrd n’est pas individuel mais collectif (d’où par exemple, l’importance de ne pas faire n’importe quoi durant un sumbel, puisque ce qui se passe influence le wyrd de tout le monde.)

Il est probable que la connaissance de Frigg comprenne non seulement le destin le plus probable mais aussi toutes les possibilités. Si elle parle et qu’elle choisit de révéler ce qu’elle sait, elle en influence le résultat final. Hors, même les dieux ne sont pas omniscient : on peut supposer que si Odin était omniscient, il n’aurait pas besoin d’aller déranger la Völva après le rêve de Balder.
On peut poser les choses de la manière suivante : soit vous êtes omniscient (plus ou moins) soit vous pouvez agir. Les deux à la fois sont impossibles.
C’est d’ailleurs très intéressant le fait que Frigg et Odin soit mariés : d’un côté vous avez la connaissance du destin, de l’autre le fou furieux qui essaie de le plier (avant que vous ne leviez le sourcil, je vous renvoie à la signification du nom d’Odin et à Adam de Brême). Les forces de connaissance et les forces agissantes.
[Ca ne règle pas la question de savoir pourquoi Frigg agit comme elle le fait quand son fils lui raconte ses rêves, je tâcherai d’y revenir.]

Plus qu’un simple symbolisme de jeu et de hasard, l’interprétation de Perthro en tant que cornet de dés peut renvoyer aux différentes voies de notre destin, aux différentes directions que notre vie peut prendre.

Intéressant aussi le lien entre les runes des Nornes et Perthro.

Hagalaz / Isa / Nauthiz = Urd / Verdandi / Skuld
Perthro = Frigg

Les runes des nornes ne donnent aucune indications sur la destinée d’une personne, c’est soit l’örlog « figé » parce que les actions se sont passées, soit l’örlog actuellement en mouvement, soit ce qu’il donnera (ce qui renvoit d’ailleurs aux significations des noms des trois Nornes).
Par contre, Perthro et Frigg, le cornet de dés et celle-qui-sait-mais-ne-dit-rien possède une puissance et une ambivalence que je trouve incomparable si on l’examine par rapport aux trois précédentes. On avait pas mal réfléchi une nuit avec une amie sur Frigg. Et on a fini par poser plus ou moins l’équation pas si saugrenue que ca que Frigg pourrait bien être une norne elle aussi. Ou un genre de.
Si on fait le lien entre les Nornes et les Disir, ces esprits féminins protecteurs d’un clan ou d’une lignée, dont l’origine est mal définie et dont apparemment on ne sait pas trop si elles sont apparentées aux nornes, aux esprits des ancêtres etc. cela ne sonne pas trop absurde.
Le parallèle entre Freya Vanadis (La Dis des Vanes) et Frigg comme Dis des Ases pourrait être cohérent, et expliquerait peut-être aussi l’attitude par rapport à Balder. Protectrice du Clan.
Elle exerce d’ailleurs ce rôle à plusieurs reprises : même si les rapports qu’elle et Odin entretiennent ne sont pas toujours détendus (mais franchement, dans tous les couples on s’envoie des assiettes à la gueule :p), je crois que c’est au début du Vafþrúðnismál qu’elle essaie de dissuader le Vieux d’aller faire son tournoi de devinettes avec le géant parce qu’il risque d’y laisser sa tête.

Revenons à ces histoires de Perthro, de Dis, et de naissance maintenant. J’en avais parlé avec le lien Frigg / naissance-destin. Perthro aurait pu être une rune que l’on grave/ dessine dans les paumes de la main pour aider à l’accouchement. Le lien entre accouchement et dis est assez évident.
J’associe beaucoup Fensalir non seulement à la salle des naissances, mais aussi comme au lieu où l’on peut contacter éventuellement les ancêtres féminins (enfin… pas toujours bref.) et au niveau personnel, j’ai eu l’occasion d’en faire l’expérience pendant l’accouchement d’une femme de ma famille, côté maternel, -m’étais dit que j’allais essayer d’aider-, et le verdict énoncé dans la grande salle et sa correspondance parfaite avec ce qui a eu lieu en Matérialité. Sur le coup je m’étais dit que c’était dans ma tête. Finalement non (c’est toute une histoire ca, j’ai parfois l’impression d’entendre ma brochette d’amis et Ulvaten brailler en cœur « mais tu as fini avec ce refrain ? » Quand c’est pas « l’autre » brochette qui braille…)