[SYLPHE] Dans les poches d’un Sorciéron…

Je suis un sorciéron indiscipliné-ciéron. Comprendre par là que généralement, mes affaires sont toutes en vrac dans mon sac ordinaire. Mis à part un « crane bag » qui regroupe des éléments en lien avec certains esprits et/où un taf particulier en cours (contenu que je ne montre pas, sauf rares exceptions), le reste de mon « matos » se trouve pêle-mêle avec mes affaires ordinaires, ce qui génère des « Et meeeerde, j’ai perdu mon pass Navigo ! » (phrase récurrente, suivie de quelques minutes de recherches fiévreuses avant de découvrir que non, il est soigneusement rangé, pour ne pas le perdre, dans la poche du sac de mon tambour, pour la plus grande exaspération de mes coreligionnaires… Pardon les gars.) « Merde, je sais plus ce que j’ai foutu de mon flacon d’ocre ! » Au fur et à mesure de mes pérégrinations, j’accumule toutes sortes de trouvailles dans mon sac : mousse, petits os, cailloux etc. Du coup, quand j’arrive au travail le lundi matin, c’est toujours un joyeux bordel entre mes affaires regular, et la boussole / cran d’arrêt / allume-feux / encens.

Le matos le plus important, celui à avoir toujours sur soi, c’est à mes yeux plutôt du matériel « de bon sens » : boussole, couteau, allume-feux, cordelette. Suivant mes déplacements, j’y ajoute une lampe frontale, une lacrymo, une trousse à pharmacie -avec couverture de survie, pince à tiques, par exemple. Parce que si vous vous savez que vous êtes en accord avec les énergies bienveillantes de la Terre-Mère (sarcasme), les tiques, elles, ne sont pas au courant, et que la maladie de Lyme, c’est de la merde.

Finalement, après le mois d’août passé à courir après mes affaires, j’ai utilisé un reste de laine qui m’avait servi pour un autre projet pour crafter un pochon un peu plus grand histoire de rassembler mon merdier (ou au moins essayer). J’avais déjà un pochon pour mes runes que j’avais acheté chez Claire, mais celui là, il était important que je le fabrique moi-même. La bête a été fabriquée avec de la laine de base et de la fat über laine des Ateliers de l’Awen qui déchire sa race (celle qui est bleue/jaune/verte etc).

Le pendentif date d’il y a 10 ans. Je l’avais acheté quand je faisais ma prépa en Bretagne. J’avais fait un rêve où je portais un médaillon avant de tomber sur celui là dans une boutique, l’exacte reproduction de celui que je portais dans mon rêve. (Y’avait un mec tout chelou genre habillé à la scandinave qui me disait « on ne tue pas les porteurs de ce signe, en désignant mon médaillon. J’avais trouvé ça marrant.)
Je vais tâche de me discipliner et de mettre toutes mes affaires au même endroit. Dont ma « pierre de foyer » et mes perles de prières. La pierre de foyer c’était un délire de l’époque où je jouais à World of Warcraft, elle sert à revenir « chez soi », et j’en avais faite une en pâte fimo et je l’utilisais dans le cadre de certaines de mes pratiques. C’est toujours plus ou moins le cas. (Perte de crédibilité : 50 points à votre réputation). Quant aux perles, j’ai beau en fabriquer des très belles en pierre, je préfère utiliser celles en bois, toutes bêtes, pour la simple et bonne raison qu’elles me servent pour tout le monde, et que je les trimballe en toutes circonstances, y compris au lit. Autant qu’elles ne soient pas fragile, mon matos ayant intérêt à être tout terrain.
S »y ajoutent toutes sortes de merdier. J’avais au départ brodée une pochette pour les rêves, mais en fait, je m’en sers davantage pour ranger plantes et encens. J’ai pas assez de discipline pour avoir des pochettes pour chaque pratique, des carnets pour tel ou tel type de récit, des colliers réservés à ci ou à mi. Pareil pour le couteau, par sa lame courbe, il sert surtout à couper les plantes etc, mais en fait, j’ai souvent uniquement le Muela offert par mon père, qui avait la manie de m’offrir des couteaux de là où il allait en voyage. Parfois je rajoute un canif etc. Un jour je vais me faire contrôler par un flic et j’aurai des ennuis. L’encens c’est bien pratique, mais j’avoue que j’en ai rarement spontanément sur moi.

(And now you shall see Odin)

Parmi les bricoles que je mets dedans, des baumes, des os, des trucs ramassés sur le bord des chemins (plus mes poches, souvent pleines de détritus que je ramasse quand je suis en forêt ou sur la plage. Parfois, contribuer à nettoyer un peu l’endroit de la saleté déposée par les humains, c’est les meilleurs offrandes. Il n’y a pas forcément besoin d’avoir toutes sortes de trucs sophistiqués. D’autant que certains Esprits des Lieux n’aiment pas trop qu’une personne surgit de nulle part se mette à faire des offrandes spontanées etc.) Avoir un ou deux cathéter c’est pratique quand on doit prendre du sang, c’est plus simple et plus « sécuritaire » que les couteaux. Généralement j’en ai deux, cela permet d’en passer un à quelqu’un si besoin. Evidemment, ils sont à jeter après usage : on n’utilise pas de cathéter déjà utilisé (sauf si on le garde strictement pour soi) si on les passe à quelqu’un d’autre. On remet la canule après usage et on le jette. (Risques HIV / hépatites, toussa… Je sais je suis reloue avec ça, mais malheureusement, c’est une donnée qui tend à être de plus en plus zappée à l’heure actuelle.)

Et sinon, des huiles / baumes / onguents de fabrication perso. De l’ocre et autres. (PAs tout en même temps, c’est suivant les périodes, l’inspiration et les nécessités du moment…)

sylphe4

Soul Map

Avant toute chose, un peu de contextualisation : Je suis loin d’être une fan inconditionnelle de Raven Kaldera, pour diverses raisons, mais notamment parce qu’il a une fâcheuse tendance à ne citer aucune source dans ses livres. Ils sont bourrés d’informations qui mêlent allègrement UPG et lore, mais sans distinction, de témoignages divers et variés qui ne sont pas sans intérêts, mais je n’aime pas que l’on me sorte tout et n’importe quoi sans indiquer clairement ce qui ressort de l’étude des textes et ce qui ressort du travail / ressenti personnel. La majeure partie de son travail est certes axé sur des figures sur lesquels les textes ne comportent que peu de mentions, mais à mes yeux, ce n’est pas une raison. Il écrit bien, et certaines histoires sont très joliment relatées, mais qu’on ne me fasse pas passer une vision personnelle pour un fait, merci.

La Soul Map ne fait pas exception à cette tendance : il s’agit d’une méthode de divination qu’il a mise au point (?) et qui trace en quelque sorte une « cartographie de l’âme, des corps », âme étant à prendre au sens large, étant donné la multiplicité des concepts nordiques à ce niveau là. Sauf que d’où sortent ces concepts ? En lisant le volume 1 de Our Troth, on retrouve des indications très précises sur ces différentes « parties de l’âme » (dans le chapitre Soul, Death & Rebirth) : hugr, munr, önd, hamr, hamingja, etc (note : là aussi, voir les ressources sur lesquelles ces passages s’appuient). Je suppose que ce n’est pas le seul ouvrage qui en parle, et putain, la moindre des choses, c’est de créditer ses sources. Prendre des concepts et s’appuyer sur le travail d’autres personnes pour en faire une méthode de divination, ca passe. Nous présenter ca comme un lapin bondissant du chapeau d’un magicien, nope. Bref, fin du quart d’heure casse-couille.

Cette méthode est une création moderne (mais de toutes façons, si ma mémoire est bonne, le fait de tirer les runes n’est pas non plus avéré. Le coup de Tacite parlant de bâtonnets de divination et que tout le monde se dit « ah ouais c’est des runes » : en fait on en sait foutrement rien. C’est une manie actuelle. * corrigez moi si je me trompe * Et passons sur le coup de la rune blanche, l’invention foireuse de Ralph Blum, ou sur les postures runiques (mises au point par Edred Thorsson ?). C’est juste pour situer : à une époque j’ai utilisé la rune blanche, et testé les postures pour voir ce que ca donnait -c’est-à-dire pas grand chose dans mon cas-.) mais j’avoue, c’est plutôt foutrement accurate. Un peu violent aussi. Un peu comme se prendre un TGV en pleine tronche. Ce n’est pas le genre de tirage que l’on fait souvent, plutôt un bilan de la situation, un peu comme un bilan de santé avec analyses sanguines et tout le tintouin. J’ai découvert ce concept en novembre 2012, et j’ai eu l’occasion de l’utiliser plusieurs fois, sur moi et sur d’autres personnes. Prévoyez du temps, de la tranquillité et une boîte de mouchoirs (et éventuellement de la gnôle, y’en a parfois qui ont soif pendant qu’on tire). De quoi manger aussi, et du temps pour vous reposer après coup. Je ne blague pas.

Ici, le lien (sur le site de Kaldera) qui explique la méthode en détails.

Après l’avoir fait deux ou trois fois (et m’être bien em…bêtée avec les petits galets pour le premier tour) j’ai chopé des galets de couleurs en verre, ceux qu’on met dans un aquarium. C’est déjà plus pratique que X sortes de mini cailloux. Et puis, j’ai décidé de broder la mienne (j’ai pas assez de trucs à faire).
C’était chiant. Mais c’était vraiment chiant. Et long. Et chiant. Surtout pour les noms en runes en dessous de chaque plot. Sans rires, une fois pas deux.

La bête, face endroit

Et comme je trouvais que l’envers serait tout nu, j’ai décidé de broder un dragon (tant qu’on y est, pourquoi s’emmerder à faire simple ?)

Le dragon vu de plus près (oui, il a une tête de… non je peux pas me résoudre à le dire) :

J’avais trouvé le motif en fouinant sur Pinterest, au cas où ca intéresse quelqu’un, voilà le dessin, si jamais vous avez envie de vous éclater par un mercredi pluvieux. [édit : à la base, c’est un flash pour les tatouages, il a été dessiné par cette personne]

dragon_broderie

Ce n’est pas très compliqué à faire, il faut juste du temps et de la patience (mon stock de patience est généralement assez limité). J’ai bidouillé des flèches brodées en « double faces » pour maintenir ensemble les deux pans de tissus, envers et endroit. La broderie est du coup réversible, on ne voit pas les nœuds. Tout a été monté et brodé à la main, avec des inclusions de tissus. Après l’avoir finie, il y a eu deux-trois bidouillages / procédures perso  (comme pour un tirage, histoire de dire « bonjour, s’il vous plait et merci » parce que j’essaie de ne pas me comporter comme une malotrue).

Au niveau des interprétations, je suis en train de faire des recherches complémentaires, d’abord histoire de savoir d’où sort chaque « plot », de comprendre quelles significations avaient / ont ces ces concepts, leurs évolutions, l’origine de leur nom, voir ce qui est « avéré »et ce qui est une supposition etc. Éventuellement, il me semble que certains (comme la « mægen ») peuvent même être « divisé » en deux, pour avoir des réponses / aperçus plus précis. Ca ne retire pas le fait que cette méthode fonctionne très bien, mais quand j’utilise quelque chose, j’aime bien comprendre comment ça marche, d’où ca vient, le pourquoi du comment, etc.

Pochon de rêves

J’ai profité de mon week-end off, sans portable et sans internet pour faire pas mal de trucs, dont un pochon des rêves brodé. J’aime bien broder, je suis pas forcément hyper douée -mais déjà plus qu’en dessin- mais j’aime bien broder des stuffs magiques : broder pour faire des décorations à mettre au mur, bof, j’en vois pas l’intérêt et donc ca me gonfle. Broder une couverture dont je me sers pour certains travaux, des pochons et autres, ca me branche déjà plus.