Regin Smiður – Ballade des Îles Féroé

Note : toutes les sources et références sont à la fin de l’article. 

Il y a quelques mois, à la médiathèque de ma ville, je suis tombée sur un coffret de musique traditionnelle des îles Féroé. Il s’agit d’enregistrements effectués dans les années 50 de chants et ballades chantées dans les villages, lors de fêtes ou de rassemblements. (Ca me fait toujours un peu bizarre d’entendre ce genre de bandes, la voix de ces gens a survécu, tandis que la majeure partie d’entre eux sont sans doute morts).

Le coffret se divise en deux parties, une en féringien (ou féroïen, les deux se disent), l’autre en danois. Il y a d’ailleurs une distinction de thématique flagrante entre les deux langues : en féringien, toutes les ballades inspirées du folklore, de légendes, des mythes nordiques. En danois, essentiellement des hymnes religieux.

L’air de la première piste, intitulée Regin the Smith, me disait quelque chose (sans même parler du titre). Effectivement, cette ballade a également été enregistrée par le groupe de métal Týr, qui d’ailleurs est un groupe originaire de ces îles.

J’ai intégré à l’article les deux versions : celle de mon CD (je l’ai encodé, c’est mal) et celle du groupe Týr.

Mais qu’est-ce qu’elle raconte cette ballade ? Le titre me faisait penser au Reginsmál [Dit de Reginn] mais je suis allée chercher les paroles avant. Le texte de la chanson est, pour autant que j’ai pu en juger, bien en féringien. Je ne parle ni le norrois ni le féringien, mais la combinaison particulière de certains lettres comme le eth (ð) et le ø n’apparaissent, à ma connaissance, pas dans une autre langue. Effectivement, après avoir fait une rapide comparaison, cette ballade m’a l’air d’être une sorte de rapide résumé, du Reginsmál, mais aussi du Fáfnismál. Un genre de synthèse qui pourrait presque prendre place dans la blague sur comment on reconnaît les différents types de métal. Ce raccourci en choquera peut-être certain(e)s, mais honnêtement, quand on lit les paroles, hein…

Si des gens veulent s’amuser à apprendre la ballade pour la chanter, voilà les paroles en féringien, la traduction en anglais (note : je ne sais pas ce qu’elle vaut) est .

Viljið tær nú lýða á
Meðan eg man kvøða
Um teir ríku kongarnar
Sum eg vil nú um røða

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Hundings synir í randargný
Teir skaðan gørdu har
Eitur var í svørinum
Teir bóru móti mær

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Fávnir eitur ormurin
Á Glitrarheiði liggur
Regin er ein góður smiður
Fáum er hann dyggur

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Hann var sær á leikvøllum
Ímillum manna herjar
Rívur upp eikikelvi stór
Hann lemjir summar til heljar

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Eystantil undri heyginum
Ið dreingir eyka tal
Dimmur er hesin dapri dagur
Niður í mold at fara

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Har kom maður á vøllin fram
Eingin ið hann kendi
Síðan hatt á høvdi bar
Og finskan boga í hendi

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Har kom maður á vøllin fram
Hann vá við eggjateini
Eyga hevði hann eitt í heysi
Knept var brók at beini

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Ormurin er skriðin av gullinum
Tað man frættast víða
Sjúrður setist á Granar bak
Hann býr seg til at ríða

Grani bar gullið av heiði
Brá hann sínum brandi av reiði
Sjúrður vá á orminum
Grani bar gullið av heiði

Sources et références : 

Article sur la musique traditionnelle des Îles Féroé
Sur le groupe Týr
Sources des paroles de la chanson

Le cd : Traditional Music in the Faroe Islands 1950-1999 (Collectif)
Et pour avoir un aperçu plus précis de son contenu, voir ici

Publicités

[Projet Phagos] Sans titre.

Presque rien. Une phrase. Qui a un jour résonné quelque part, de manière incongrue. Quelqu’un qui, pour me parler de ce livre, a feuilleté les pages et m’a lu cette seule et unique phrase. Quelqu’un qui ne me connaissait pas, évidemment. Une sensation de décalage. « Putain, c’était quoi ça ? ». Avant de chasser la sensation. Sensation tenace et persistante de quelque chose. Finalement éclaircie. Trois ans plus tard, j’ai lu le livre. La sensation elle, n’est jamais passée.

Comment veux-tu payer, si ce n’est de ta vie ?

Imre Kertész – Journal de galère, traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba.

[Odin Project #26] Playlist pour Odin

Sans titre-1

Desiderii Marginis – Procession
Desiderii MarginisCome Ruine and Rapture
Moon Ate The Dark – Explosion in a Four Heart Chambers
Cantate 147 J.S. Bach – Bereite Dir (Solo) 
Godspeed You Black Emperor – Static
Nargaroth – Herbstleyd
Summoning – Our Foes Shall Die
John Fleagle  –  Death and the Lady
John Fleagle – I Have a Yong Suster
Corvus Corax – Ná lama-sa
System Syn – Blood
Einstürzende Neubauten – Halber Mensch

Par Natacha Ilincic

Playlist pour Freyja

Sans titre-1

Pour cette playlist (comme dans celle du Vieux, prévue pour novembre), j’ai fait une exception aux quelques règles que je me suis posée pour les élaborer : uniquement de la musique que j’écoute, pas de groupes hyper connus cités et re-cités comme Wardruna, Hagalaz Runes Dance, Faun & Co, pas de chanson éponyme, ne pas citer deux chansons du même groupe dans une même playlist. 🙂 

Eliwagar – Når Nordlys Danser
Qntal – Indiscrete
This Mortal Coil – Song to the Siren
Savage Daughter
Arkona – Pamiat
Wyrd – Huldrafolk
Kelliana – Freya
Mari Boine – « Diamantta Spaillit » Idjagiedas
Santigold – The Riot’s Gone

Auteur inconnu

Playlist pour Frigg

Sans titre-1

Madredeus – O Pastor
Miranda Sex Garden – A Fairytale About Slavery
Hocico – The Shapes of Things to Come
Guillaume de Machaut – Qui es promesse / Ha ! Fortune 
Theatre of Tragedy – A Distance There Is
B.O La leçon de pianoThe Heart Asks Pleasure First
Thorn AgramBralu Kapi
BattleloreValier, Queens of the Valar
SatyriconMother North 

Frigg, par Aneesa Erinn Adams

Playlist pour Loki

Sans titre-1

Tindersticks – 4.48 Psychosis
Full Frontal – You think you’re a man
Sol Invictus – In a Garden Green
T.A.T.U – Not gonna get us
Anorexia Nervosa – Enter the Church of Fornication
Lhasa – Fool’s Gold
Burzum – Dunkelheit
Mai Lan – Gentiment je t’immole
The Smashing PumpkinsAge of Innocence
Olen’kSeason of Tears
Arvo Pärt – Variations for the Healing of Arinushka
DragonforceThrough the fire and flames
Subway to SallySieben 

Loki, artiste inconnu.

Playlist pour Hel/a

Sans titre-1

Cela faisait un petit moment que je réfléchissais aux différentes musiques dont l’écoute me fait penser à certaines déités, à leur essence, leur énergie, quand Helja Leikkona a partagé sa playlist en l’honneur de Hel.
Je commence par Hel/a et il y en a une autre de prévue pour novembre (je vous laisse deviner pour qui ;o). J’ai volontairement ôté les groupes comme Wardruna ou Hagalaz qui reviennent la plupart du temps, à la fois pour sortir un peu des sentiers battus et parce que c’est surtout une question de ressenti, de feeling.

This Mortal Coil – I Come & Stand at Every Door 
Desiderii Marginis – Her name is poverty (il faut cliquer sur le bouton « play » de la liste, et fermer la fenêtre pop-up, on peut écouter quand même la chanson 🙂 )
Moon ate the Dark – Messy Heart
Nebelhexë – In my dreams I’m free
Hocico – Spirals of time
Die Verbannten Kinder Evas – Misery
Unto Ashes – One World, One Sky
B.O Jin-Roh – Grace Omega
Marv Pontkalleg (Cette version là) 
Mediaeval Baebes – Pearl

James Jean