[PBP] P – Déités patronnes

Une dénomination généraliste 

Auteur inconnu

La question du dieu patron ou de la déesse patronne surgit souvent, que ce soit dans les conversations ou dans les articles, mais au fur et à mesure, bien que ce soit les mêmes termes qui reviennent, je me demande si nous ne regroupons pas des choses différentes sous un terme qui serait en définitive générique. Un peu comme employer le terme « païen », un « mot-parapluie », pour reprendre l’expression anglaise.

Je ne pense pas qu’il existe intrinsèquement une « bonne » et une « mauvaise » définition de ce qu’est ou n’est pas une déité patronne : c’est davantage une question de :

1/ types de croyances
2/ un manque au niveau du vocabulaire et l’absence de termes de références qui rendent cette dénomination particulièrement visible.

Ci-dessous, la « base » qui me semble la plus « factuelle » et dont la définition très large peut être employée dans bon nombres de typologies (à noter que, dans ce sens, c’est une conception contemporaine : pour résumer rapidement, les idées de « patron/nes » concernaient davantage des catégories de gens que des individus).

La déité patronne occupe la place principale ou une place particulière au sein de la pratique dévotionnelle / magique / etc. 

Ensuite, des variantes qui synthétisent grosso-modo ce que j’ai pu lire, entendre ou voir autour de la conception de la déité patronne.

1. On peut avoir deux/plusieurs déités patronnes (souvent réparties en féminin/masculin mais pas toujours).
2. On ne peut avoir qu’une seule déité patronne.
3. On peut en changer au cours de notre vie/évolution de notre pratique.
4. On ne peut pas en changer.
5. On ne choisit pas sa déité patronne, c’est elle qui vous choisit.
6. Tout le monde a une déité patronne.
7. Tout le monde n’a pas de déité patronne.
8. Les femmes ont une déesse patronne, les hommes un dieu patron.
9. Le genre (biologique ou autre) d’un individu n’a rien à voir avec « le genre » de la déité patronne.
10. Le choix d’une déité patronne a des répercussions sur tous les domaines de la vie.
11. On peut se choisir une déité patronne.

Ces visions contradictoires sont en fait corrélées à ce que j’appelle la « théologie individuelle », c’est à dire la façon que chacun à d’envisager le « Schmilblick divin ».
L’idée de changer de déité patronne parce qu’on se rend compte qu’elle ne nous correspond plus, ou d’en avoir plusieurs est pour moi incohérente par rapport à ma façon de voir les choses. Par contre, pour une personne qui considère que les déités sont des facettes d’une entité ou que la/les déités patronnes agissent comme des guides, il y a une certaine cohésion entre la façon de penser et la façon d’agir, que l’on soit d’accord ou pas avec cette conception du monde.

Le « Syndrome de la Déesse Patronne »

Parfois quand on débute, on est tenté se chercher une déité référente, ou deux. Ou on cherche absolument à se trouver une patronne -plus rarement un patron. On épluche les bouquins pour piocher dans les panthéons qui nous plaise les figures que l’on trouve parlantes par rapport à nous-même et à notre vie, on cherche fiévreusement les siiiiiiiiiignes. Tant qu’à faire, on essaie de chercher les plus « trues » possibles : les plus darkos / polyvalentes / inconnues, hipster-pagan power.
En fait on pédale dans la semoule et on se met le nez dans le guidon : c’est ce que j’appelle le Syndrome de la Déesse Patronne. Que l’on considère que sa déité patronne relève d’un choix personnel et conscient ou d’un « appel », je ne vois personnellement pas l’intérêt de faire des listes pour essayer d’établir celles qui nous parlent. C’est un peu comme de vouloir choisir un conjoint en regardant des fiches de sites de rencontres : ce n’est pas parce que sur le papier tout correspond que cela donnera quelque chose de constructif.

La véritable question, si vous êtes êtes dans la recherche plus ou moins frénétique, c’est « pourquoi cherchez-vous une déité patronne ? » Est-ce que c’est une façon pour vous de vous sentir protégé(e) et aimé(e) pour palier un manque affectif ? Qu’est-ce que vous pensez que cela va vous apporter ? Est-ce que c’est par manque de repères, parce que vous vous sentez perdu(e) ? Est-ce que, par le biais de cette recherche, vous essayez en fait de mieux vous connaître ? Est-ce que c’est pour appartenir à « un groupe », même de manière figurative ? Est-ce que c’est juste par curiosité ? Et une fois que vous l’aurez trouvée, ou que vous penserez l’avoir trouvée, qu’est-ce que vous ferez ? Vous allez dire « je suis prêtre/sse de Machin ou de Bidule ? » Pourquoi faire ?

Encore une fois, il n’y a pour moi pas de bonnes ou de mauvaises manières de procéder ou de raisons de le faire. Il est simplement important d’être conscient de ses motivations personnelles, ca évite de potentiels et dantesques emmerdements par la suite.
A une époque, j’étais comme ça. Je me suis frénétiquement cherché une « déesse patronne », j’ai épluché les bouquins, j’ai demandé des signes comme on demande des bonbons, sans réfléchir. Et parce que je ne savais pas gérer certaines choses, certains détails, je n’ai pas vu ce qui s’approchait en réalité et le tout a été méchamment hard core à démêler. Il n’y a pas eu que du mauvais : si je n’avais pas été dans cette recherche, je n’aurais pas fait certains choix, et sans ces choix, je n’en serais pas là aujourd’hui et honnêtement, même si j’avais cette possibilité, je ne changerais rien, ou presque. Je serais juste peut-être un peu moins aveugle, et encore. Mais étant donné la façon dont tout s’est débloqué, il est possible qu’un jour j’ai un autre discours, et que je me rende compte que finalement, ca m’a amené à un dramatique point de non-retour. C’est une possibilité que je n’exclue pas, mais je n’ai aucun moyen de le savoir.

Déités patronnes, tutélaires, guides, etc.

Note : Ces tentatives de définitions sont corrélées à ma façon de voir le Schmilblik 😉 Ca ne veut pas dire que les autres façons de considérer les choses sont plus ou moins valables, juste qu’elles sont différentes et à prendre comme tel. 

La déité patronne 

Pas forcément toujours celle qui a la place la plus importante en terme de temps de pratique, mais qui occupe une place à part. Celle qui « chapeaute un peu tout ce qui se passe sur le territoire breton » comme dirait l’autre dans Kaamelott.
De la manière dont je considère les choses, il n’y a qu’une seule déité patronne : c’est clairement elle qui se pointe au moment où elle le juge opportun, et sa venue peut faire évoluer un certain nombre de choses, que ce soit au niveau de la pratique, des conceptions spirituelles ou de la vie quotidienne.

Ce n’est pas forcément une déité que l’on apprécie, au moins au début, mais on apprend à faire avec. Je tend à considérer qu’on a le choix dans notre pratique, mais un choix qui se pose de manière parfois un peu tordue, Il n’est pas impossible que la DP nous offre le choix : oui ou non, mais tous les choix ont des conséquences, et parfois refuser peut foutre autant le boxon que d’accepter. Tout dépend des gens, des sentiers, des déités, des potentialités, bref, il me paraît délicat d’établir une vérité générale quand il y a autant de variables à prendre en compte.

L’autre paramètre ambivalent concerne l’hypothétique « ressemblance personnelle » : j’ai cherché pendant la déesse qui pourrait être ma patronne, et je m’arrêtais toujours sur celle qui me paraissaient être en adéquation avec mon caractère ou mes centres d’intérêt. Aujourd’hui, je pense que c’est une optique de recherche un peu stérile ; la DP n’est pas un pote et elle n’a pas forcément à nous ressembler. J’ai souvent lu des avis disant « je me demandais pourquoi j’étais attirée par telle déité / pourquoi cette déité se pointait et c’est parce que j’ai ci et ca comme centre d’intérêt / parce que je suis comme ça / parce que j’aime ca ». Je suis plutôt dubitative : non pas qu’il n’y ai pas de raisons valables, non pas que ca soit toujours faux, mais plutôt parce que j’ai l’impression qu’on cherche à justifier ou à légitimer quelque chose qui n’a pas à être légitimé ou justifié. Sauf si on n’existe que par le biais de la validation sociale, ce qui est une autre paire de manches.

Dieu patron ou Déesse patronne n’est pas non plus synonyme de protecteur/trice. La DP n’est pas un ange gardien qui est là pour nous protéger, pas plus que les autres guides ou esprits. Ils peuvent avoir cette fonction là mais ce n’est pas leur rôle, et tout dépend de leurs caractères. Il y en a qui vont vous prévenir ou mettre un filet de sécurité quand d’autres vont vous regarder vous planter et vous dire froidement « bon, maintenant tu sais que ca n’est pas une bonne idée. La prochaine fois tu réfléchiras. »

La question du « à quoi ca sert une déité patronne (encore plus si elle peut potentiellement foutre le bordel dans sa vie ») est déjà pour moi plus controversée Je ne vois pas trop l’intérêt de se poser une telle question, premièrement parce qu’on ne se réveille pas en se disant « tiens j’aimerais bien avoir une déité patronne », d’une part. Ensuite parce que l’important, c’est « quelle genre de personne vous devenez » . On peut avoir un cheminement que certains considéreraient comme tordu et être heureux. On peut avoir une spiritualité socialement acceptable et ne pas être heureux. Et vice-versa. L’important n’est pas ce dont vous ou votre spiritualité avez l’air. L’important est ce que vous ressentez. ce que vous vivez.
Certains redressent les gens et leurs arrachent les masques qu’ils portent pour les pousser dans la « bonne » voie. D’autres viennent et vous obligent à travailler sur vous pour guérir, pour que vous soyez ensuite en mesure de faire certaines choses. D’autres encore vous vous mettre au pied du mur et vous forcent à affronter vos peurs pour que vous vous en débarrassiez… etc. Effectivement. Mais il en a aussi qui vous remettent le nez dans la merde, encore et encore, jusqu’à ce que vous vous leviez et que vous assumiez vos actes ou que vous vous bougiez le derche pour faire évoluer votre vie. Je ne crois pas qu’ils se pointent dans nos vies pour nous sauver ou au nom d’un quelconque « amour rédempteur » (mais l’amour n’est pas absent pour autant, loin de là) ou pour nous punir, par sadisme ou quoi. Je pense qu’ils procèdent simplement de la manière qui sera la plus efficace. Suivant la personnalité, la manière la plus efficace revêt différents aspects. Je pense qu’ils ont un intérêt à se manifester dans la vie de bipèdes, et je ne vois pas en quoi c’est choquant. Vous donnez et vous recevez. Je me demande si l’éponge que j’achète pour faire la vaisselle va bien me servir. Je ne me demande pas si l’homme que j’aime va me servir à quelque chose. Pareil pour les dieux que je prie. Si les dieux et les humains doivent obligatoirement « servir » à quelque chose pour vous, franchement j’ai peur.

Est-ce que tout le monde a une DP ?
J’avoue que je n’en sais rien. Au sus et au vu de que j’ai lu / entendu, je serais tenté de dire qu’il est probable que non. Mais que la réponse soit oui ou non, j’avoue qu’elle me gêne autant parce que dans un cas comme dans l’autre, cela sous entend une sorte de condescendance et de prétention par rapport aux autres, à leurs chemins et à leurs évolutions. Et je ne suis pas omnisciente.

Est-ce que l’on peut changer de DP ?
Franchement j’ai du mal avec cette optique. Autant les déités tutélaires peuvent changer, venir et repartir, et encore plus les déités guides, autant, pour moi, le ou la DP ne change pas. On n’est pas forcément toujours hyper « en phase » avec eux et les rapports ne sont pas toujours facile, mais se dire « nan celle là ne me va pas, j’en veux une autre », c’est un peu comme essayer de modifier la structure de son visage par une opération de chirurgie esthétique : l’apparence sera différente, mais vos caractéristiques génétiques ne changeront pas.

Pareil au niveau des engagements : parfois j’ai l’impression que la conception des engagements spirituels est devenue assez similaire à la façon dont certaines personnes considèrent le mariage : c’est pour le meilleur et si le ou la partenaire déçoit ou ne correspond plus aux attentes, hop on divorce et on va chercher mieux. Qu’une relation soit spirituelle ou physique, je considère que c’est du boulot pour tout le monde : l’harmonie n’est pas toujours obtenue en un claquement de doigts. Le fait de se consacrer à une déité n’est pas anodin, et si parfois il y a des choses qui peuvent changer, des passations qui peuvent se faire dans certains cas, l’idée de dire « ah je me suis consacrée à toi mais en fait non »… comment dire… c’est foireux ?
Les cas où je comprends mieux la démarche des personnes  qui font ca a été expliqué précédemment, mais dans mon fonctionnement, très concrètement, si je me pointe voir mon DP pour lui dire « ah ouais mais non », je vais juste me ramasser une balayette et me manger une beigne dans la tronche.

Les femmes ont une déesse patronne, les hommes un dieu patron :
Rien à voir. Là honnêtement, quand je lis des trucs pareils, j’ai juste envie de me bidonner. Vous pouvez être une femme et avoir un dieu patron. Ca ne fait pas de vous « une femme incomplète qui refuse sa féminité, qui n’assume pas son pouvoir féminin » ou je ne sais quelle connerie. Et vice-versa.
Franchement ce genre d’idée me parait aussi absurde que le fait de considérer que hors du couple hétérosexuel à visée reproductive, point de salut.
Nan mais sincèrement, imposer à une personne une piste de pratique basée sur son genre biologique, que ce soit par similitude ou complémentarité, c’est aussi con que les gens qui disent à une lesbienne que c’est ‘passager et que c’est parce qu’elle n’a pas rencontrée le bonhomme qui lui faut.’ Primaire et bas de plafond comme raisonnement.
Inversement, le fait d’être un homme avec un dieu patron ou une femme avec une déesse patronne ne fait pas de vous quelqu’un qui a « un problème ou qui refuse la complémentarité ». Sans rires.

Les déités tutélaires

Le cas des déités tutélaires est quelque peu différents. Ce sont en quelques sortes celles qui sont nos « référentes », mais subalternes à la DP. Pas qu’elles soient moins importantes en soi, c’est juste qu’elles ont un peu moins d’influences, ou des « consignes » plus restreintes, pour le reste elles sont très proche de la conception du DP que l’on retrouve généralement.
Autant je considère qu’on n’a qu’une seule déité patronne, autant je pense qu’on peut avoir plusieurs tutélaires. Dans le cas de mon cheminement, j’avais expliqué sur un forum particulier m’être consacrée à une certaine déesse. Ceci étant, elle n’est pas ma « patronne » au sens où je tends à définir ce concept, mais davantage une tutélaire. Le pourquoi du comment est somme toute assez factuel.

Les déités guides

Les déités guides sont celles qui viennent et reviennent de façon régulièrement,  suivant les cycles de l’année, les périodes personnelles ou suivant leurs propres « agenda » (enfin, en ce qui concerne « l’agenda », je tend à penser qu’ils en ont tous un, les dieux et les déesses ne sont pas à notre service, quand on a besoin on réclame, mais c’est un autre sujet.) Les rapports sont plus « libres » dans le sens où il est plutôt rare que l’on ait un engagement sur le long terme avec une déité guide, contrairement au « patron » (suivant les déités en question, certaines sont plus ou moins exigeantes en la matière d’ailleurs.)
Je n’inclue pas dans les déités guides celles qui ne viennent qu’une seule fois pour un travail ou passage précis et qui peuvent ne plus jamais revenir ensuite.

3 réflexions sur “[PBP] P – Déités patronnes

    • Thank you for your sweet comment ! I’m deeply touched by the fact you’re using Google Translate to read my blog. =)

      I write in french but I can read in english even if writing it it’s a bit more tricky for me. Don’t hesitate to share your reactions if you want.

Réagir à cet article ou ajouter une précision...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s