[PBP] M – Morrigan

Morrigan est une déesse incroyablement riche et complexe : impossible de la résumer en quelques lignes. Elle est sans doute la première à être venue dans ma pratique, il y a dix ans. Je ne me souviens pas comment elle est arrivée, ni comment je l’ai reconnue, parce que je ne notais rien. Je ne trouvais pas ca important : j’étais trop occupée à remplir mon « livre des ombres » de tables de correspondances, de rituels tout faits et d’autres conneries en fin de compte inutiles.

Elle m’a énormément aidée à traverser une adolescence très douloureuse, et si elle ne m’avait pas épaulée, je ne sais pas si je serais encore là aujourd’hui. Je sais que cela peut sembler une exagération vue de l’extérieur, mais quand le monde s’effondre autour de vous, que vous faites face à la maladie qui dévore un de vos parents (et cette maladie n’a rien eu de fulgurant : j’ai vu ma mère s’acharner à rester en vie pour nous de l’âge de huit ans jusqu’à sa mort, quand j’en avais vingt-deux.) que rien n’est stable, qu’une partie de votre famille vous tient pour responsable de l’état de santé de votre mère et que le milieu scolaire n’a rien d’un refuge, au contraire, et sans compter le reste, garder la tête hors de l’eau est une gageure.

« While Ireland Holds These Graves » by Fionabus on deviantART

Quand j’en arrivais à mes limites, elle était là pour m’aider à tenir, à repousser ces limites, à continuer d’avancer et à tenir tête à tout le reste. Son aspect « guerrier » est loin d’être une ancienne métaphore : quand nous traversons une épreuve difficile, qu’elle soit physique ou mentale, elle est là pour nous encourager et nous inciter à tenir bon, à ne pas lâcher. A continuer à rester debout. Elle est celle qui nous hurle de ne pas nous coucher, de ne pas courber l’échine mais de se redresser et de continuer coûte que coûte. Peu importe qui ou quoi, je tend à penser que lorsqu’elle apparaît dans la vie/la pratique d’une personne dans ce genre de moment, c’est qu’elle sait que nous possédons les ressources suffisantes : elle nous aide à puiser en nous cette force plutôt de rester dans son coin à s’apitoyer sur son sort. Cet aspect là est cependant loin d’être facile, si elle est peu parfois se montrer réconfortante, ce n’est pas le réconfort d’une Dana par exemple (pour faire des comparaisons avec une que je connais). Plutôt que de vous cajoler avec des paroles rassurantes, elle vous écoutera hurler votre rage, votre désespoir, votre haine et vos rancœurs sans vous juger. Sans vous dire de vous taire ou chercher à l’apaiser. Elle vous écoutera et vous incitera à le faire parce qu’elle sait que parfois, il est nécessaire de faire sortir le sac de noirceur, de l’épuiser en hurlant et en pleurant plutôt que de chercher à le refouler un peu plus profondément en vous. Ensuite, elle vous attrapera par le poignet pour vous remettre sur pieds et vous dira « allez, go ! » avec un coup de pieds aux fesses : pas pour vous punir de votre faiblesse ou parce qu’elle ignore ce genre de moment, mais parce que ce n’est pas le moment pour de tels renoncements et elle vous apportera la bouffée d’énergie nécessaire pour faire le chemin qu’il vous reste à faire. Je crois qu’une des plus belle offrandes que l’on puisse faire à la Morrigan, c’est de lui offrir notre victoire. Se sortir d’une épreuve. Accepter que nous avons traversé certaines « guerres » et que même si nous sommes profondément marqué(e)s, nous sommes toujours là et que les ravages engendrés sur notre terre n’empêcheront pas d’autres types de récoltes de venir, même si la terre ne sera plus la même. Je pense que l’on n’efface pas ce que nous avons vécu, et que l’on confond parfois la guérison avec « l’effacement d’une épreuve ».

La Souveraineté de Morrigan m’apparaît très étroitement corrélé à son aspect guerrier. Elle n’est pas une stratège, elle n’est pas non plus spécialement belliqueuse ou en lien avec les tactiques guerrières : pour moi, son aspect guerrier se déclenche quand la souveraineté est attaquée ou menacée. Ou quand quelqu’un refuse ses responsabilités, comme dans le cas de Cuchulain. On présente souvent Morrigan sous les traits d’une femme repoussée et jalouse qui se venge, alors que pour moi ca n’a rien à voir : elle a fait de Cuchulain un roi, (chez les Celtes, le roi est lié à la Terre et à la Souveraineté, je m’arrête là dans « l’historique » parce que je n’ai pas de fil conducteur et de vue d’ensemble pour unir les morceaux de ce que je sais.)  et qu’il refuse d’accomplir son devoir : il n’agit pas en roi, il refuse les responsabilités de son rang.
Dans nos vies actuelles, j’ai l’impression qu’elle se présente souvent quand notre souveraineté est menacée, que ce soit par des gens ou par une situation. Elle vient à notre rencontre pour que l’on reprenne les rennes de nos vies au lieu de les abandonner aux autres, que ce soit par épuisement, par ignorance, en raisons des difficultés ou par lâcheté. Être soi-même est une chose difficile, même sans que rien de dramatiques ne viennent sur notre chemin. Au contraire, c’est facile de céder aux sirènes de la Norme Social, par amour, pour avoir la paix, pour ne pas faire de vagues. Chez beaucoup de femmes (je parle des femmes parce que c’est ce que je connais le mieux, ce qui ne veut pas dire que ce soit plus facile pour les hommes, mais je préfère me cantonner ici à ce que j’ai pu éprouver personnellement) on nous enseigne à être calme, gentille, à rester dans le droit chemin, à ne pas faire de vague, à ne pas être « provocante : « tu as vu comme elle est habillée ? Si elle se fait violer elle l’aura cherché. » (note : je dis « se faire violer » parce que c’est l’expression que j’entends le plus souvent, hors on ne se fait pas violer. On est violée. On se fait un café, une toile, ou ce que vous voulez, pas « un viol », comme si c’était un choix, bordel !). La Morrigan vient pour nous hurler de faire un putain de doigt d’honneur et d’envoyer chier ce que les gens veulent que vous fassiez : arrêter de faire des choses pour être bien vu(e)s dans votre communauté païenne (sarcasme, lol), pour que vos parents soient fiers de vous, pour que votre conjoint soit content, pour ne pas faire de vague. Ca ne signifie pas faire n’importe quoi en se conduisant de manière égoïste, cela veut juste dire reconnaître son droit à exister en tant que personne et à faire vos choix sans toujours vouloir contenter tout le monde, au risque de passer à côté de votre vie. Il y a un juste milieu : trouvez-le. Trouvez ce qui vous importe vraiment, ce sur quoi vous ne ferez pas de concession parce que c’est votre cœur primordial. Uune personne qui proclame que la spiritualité/religion est la chose la plus importante pour elle et qui ensuite dit qu’elle pratique en cachette parce que son ou sa conjoint(e) ne veut pas entendre parler de ca se ment à elle-même : soit elle n’est pas heureuse de devoir se planquer, soit la spiritualité n’est pas la chose la plus importante pour elle même, c’est son couple qui passe avant (et/ou le désir de ne pas faire de vagues). En soit peu importe, mais alors ne racontez pas de conneries pour vous faire bien voir par un parti ou un autre.

?

Dans l’esprit de beaucoup de gens -hommes et femmes- une personne de sexe féminin n’est pas complètement accomplie si elle n’a pas d’enfants. Encore une façon dogmatique de dire aux femmes ce qu’elles sont censées être. (Et celle qui ne peuvent pas avoir d’enfants, elles font quoi ? Elles se suicident de désespoir de ne pouvoir jamais être « complètes » ? Elles sont condamnées au malheur ? Non, on me répondra qu’elles peuvent toujours adopter -que ceux qui ouvrent leurs gueules pour débiter ce genre de lieux communs se renseignent sur les modalités de l’adoption : si c’était aussi facile d’adopter un môme qu’un chaton ca se saurait. Ou alors on entend « non mais on peut s’épanouir créativement, la fertilité peut-être métaphorique. C’est pas faux, mais ca cache un paradigme qui me fait tiquer : faut-il être créative; physiquement ou métaphoriquement, pour être une femme ? Et celles qui n’en veulent pas… n’en  veulent pas. C’est tout et il n’y a rien à épiloguer. Personnellement, je ne pense pas que l’épanouissement soit dépendant de la production utérine.)
Ce qui m’amène à un autre point que je trouve important sur Morrigan. L’aspect « déesse mère ». Peindre Morrigan comme une déesse mère et dire que Ana, Dana, Danu, Aine est un autre aspect de cette déesse, pour moi c’est une connerie politiquement correcte. J’ai l’impression que dés qu’une déesse est liée à la terre, il faut toujours qu’on la transforme en mère. Hors pour moi, la Morrigan n’est pas une déesse mère et son aspect « terrestre » n’est pas directement celui de la terre pourvoyeuse, mais celui de l’esprit du pays. Je ne sais pas comment l’expliquer clairement, mais elle EST la terre, le pays, le pouvoir du lieu. Pas les récoltes. Dana est effectivement liée aux récoltes et à la fertilité, quand Morrigan est l’esprit de la terre sur laquelle s’épanouissent les récoltes et les champs.

// Je me rend compte que j’ai pondu un pavé, je vais arrêter là. Je vous dirai bien que j’y reviendrai, mais si je suis honnête, ca fait un sacré paquet de fois que je dis que je vais poursuivre et que ca reste en plan… Au besoin, n’hésitez pas à réclamer des suites de trucs laissés en plan -si toutefois ca intéresse quelqu’un ^^//

Publicités

14 réflexions sur “[PBP] M – Morrigan

  1. J’aime beaucoup cet article, car Morrigan ne rentre pas dans la case des déesses walt-disney-style avec les lapinous qui gambadent et les oiseaux qui gazouillent, qui sont un peu trop représentées quand on parle déesse dans la « communauté païenne ». Même si les divinités guerrières sont souvent un peu marginalisées par rapport aux divinités de tout-le-monde-il-est-beau-tout-le-monde-il-est-gentil, comme les divinités « sombres » (encore que, parfois ça fait stylé de dire : ouais bonhomme, je vénère une divinité sombre, donc moi aussi je suis sooombre …), elles ont toujours une raison d’être (ça peut paraître évident dit comme ça , mais des fois on peut se poser la question) parce que comme tu le rappelles, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, et parfois le soutien d’une divinité d’amour universel et inconditionnel n’est pas ce qu’il faut. Parfois on a besoin d’aide pour faire face et rester droit, pour rester sans concession. Et pour ça il faut un minimum se faire violence et savoir dire merde.

    Quant à la notion de territorialité qui me vient à l’esprit quand tu parles de cet aspect terrestre et souverain de Morrigan, je le trouve tout aussi intéressante, surtout en ce moment avec cet universalisme, où on ne se tourne pas forcément vers les divinités ancestrales de la terre où l’on vit, où l’on ne se tourne pas forcément vers un panthéon ou une famille unique mais dans plusieurs. Mais ce territoire peut aussi être notre « propriété », qu’elle soit simple appart ou petite parcelle à la campagne. Enfin bon, super article comme d’hab ^^

    • Merci 🙂

      Pour le côté « je vénère des déités sombres donc je suis un true darkos de la mort qui tue », pour moi c’est pareil que les fluffy bunnies… du « too much » manquant de discernement. Je pensais l’autre jour à ces histoires de déités dites « sombres » et « lumineuses » et je pense que d’un côté comme de l’autre, on a sans doute tendance à les réduire à des images plus facilement assimilables : j’aimerais bien avoir le point de vue de personnes qui bossent avec des « lumineuses » (parce que moi c’est pas mon truc : pas que j’aimerais pas, pas que j’ai pas essayé, et pas qu’il ne m’arrive pas de bosser avec, mais en général c’est pas des relations suivies, même si certains taf avec certaines déités de ce type ont engendrés des changements durables chez moi) et voir ce que donne un travail vraiment approfondi sur la question, parce que là aussi, j’imagine que c’est beaucoup plus nuancé que ce que l’on peut parfois/souvent en voir.

      • Ben, je sais pas si Horus correspond pleinement au stéréotype de la divinité lumineuse, mais quand t’as un soucis il est plutôt du genre à te regarder les bras croisés à te dire de te bouger le cul ou à faire ça, ça et ça, plutôt qu’à te tendre la main pour t’aider à te relever. Par contre, même si j’ai pas eu de contact prolongé avec Isis, ce serait plus son genre je pense.

  2. Je t’aime.

    Je suis ravie de savoir que je ne suis pas la seule à ressentir certains trucs ! Comme le : Déesse de la terre = déesse mère. Je vois aussi Morrigan autrement, cet aspect très particulier de la culture celte.

    Et je méditais aussi sur l’aspect guerrier, etc… et finalement j’en arrivais à quelque chose qu je ne formulais pas et qui est exactement ceci : « Dans nos vies actuelles, j’ai l’impression qu’elle se présente souvent quand notre souveraineté est menacée, que ce soit par des gens ou par une situation. Elle vient à notre rencontre pour que l’on reprenne les rennes de nos vies au lieu de les abandonner aux autres, que ce soit par épuisement, par ignorance, en raisons des difficultés ou par lâcheté. « 

    • XD On boit un coup ou on s’encule ? (ok j’arrête :p <3)

      A mon avis je suis très loin d'être la seule à sniffer ces trucs là (putain heureusement -__-) sauf que proportionnellement, il n’y a pas énormément de blogs en français, et qu’une fois les neuneus et les débutants enthousiastes retirés, on a vite fait le tour proportionnellement à ce qui existe côté anglophone.

      Les gens qui essayent de creuser ont l'air de rarement ouvrir leur mouille (je sais pas pourquoi : la volonté de garder ca perso, le côté "je veux pas qu'on me pique mon préciiiieux travail, le manque de temps qui accompagne généralement la vie active, le fait que les gens soient perfectionnistes -je plaide coupable-, le "j'ai rien d'intéressant à dire" -…) et du coup, la "face visible du paganisme francophone" (avec d'immenses guillemets) est un peu légère ou alors très politiquement correcte. Pas comme si je considérais mon blog comme un "bon blog" ou comme si j'avais des trucs particulièrement important à dire : la seule raison -enfin, avec l'autre, "toi-même-tu-sais"- pour laquelle je le tiens, c'est que ca me détend et que j'aime bien, mais pendant longtemps je me suis dit "ca ne servira à rien" alors qu'en fait, si on commence à faire un truc en se disant qu'il faut que ce soit estampillé "reconnu d'utilité publique", autant se pendre direct ou s'hypnotiser dans le miroir.

      • Bonjour Aranna et surtout merci pour cet article riche en enseignement et en lucidité. 🙂
        Je tiens moi-même un blog d’abord intitulé « L’Histoire d’après Myrdhin. Voir au-delà du Limes », puis récemment renommé « Sous l’œil de Morrigan. Voir au-delà du Limes ». Le concept est de voir comme qui dirait « au-delà du Limes », c’est-à-dire a avoir un point de vue qui va au-delà de celui beaucoup plus (voir beaucoup trop) habituel des Grecs, des Romains ou encore des Chrétiens, donc au-delà de cette ligne fortifiée crée par l’Empire Romain durant l’Antiquité afin de créer une barrière entre le monde « civilisé », le leur, et le monde des « barbares » à l’Est de ce mur. Je veux montrer avec ce blog que chez ces peuples (Celtes, Germains, Scandinaves, Baltes, Slaves, Finnois…) il y avait, et il y a toujours d’une certaine manière (Néopaganisme, Pagan/Folk Metal, heroic fantasy…) une culture, une spiritualité et une philosophie qui étaient aussi riches, raffinées et dignes d’intérêt que celles des « civilisations » déjà citées qui se prenaient malgré tout pour les détentrices de la « vérité absolue ».
        Avec ce blog, je suis sur EklaBlog, et je peux donc mettre dans le menu d’autres blogs plus ou moins proches du miens. J’avais donc prévu d’y ajouter le tiens. Es tu d’accord? Merci d’avance pour ta considération.

        Myrdhin, fils de Cernunnos et fille de Morrigan ^^

  3. génial!
    j’ai adoré te lire, une fois n’est pas coutume!
    se faire violer….tout à fait…une phrase toute faite mais tellement révélatrice.

    et ton point de vue m’éclaire, car comme toi, la Morrigane m’a guidé lors de mes premiers pas spirituels, et ce d’une manière proche de ce que tu décris…..

    ET je vois très bien ce que tu veux souligner par rapport à ce fait que Morrigan est la Terre, le sol, le pays, le lieux…..

    Merci!

  4. J’ai bien aimé la lecture de cet article, je découvre Morrigan et c’est un vrai grand plaisir car je m’y retrouve énormément, assumer ses choix de vie quitte à ne pas être dans l’air du temps, mais être soi même…ha oui alors!! C’est vrai que ce n’est pas toujours facile mais qu’est ce que c’est bon. Je vais continuer à lire et a découvrir cette déesse. Merci encore.

  5. Merci Aranna pour ce bel article, que j’ai découvert depuis peu de temps, et qui m’inspire déjà. C’est une description et un éloge très abouti sur la déesse Morrigan, qui, je le pense, représente la part féminine de mon être (la partie animale étant occupée par Cernunnos, et ma partie masculine par lui aussi peut-être, ou par Odin, Thor ou Lug. Je ne le sais pas encore très bien). De plus, c’est une femme de caractère, qui représente bien le côté matriarcale du druidisme (comme quoi le machisme et la misogynie ne sont pas des maladies universelles ^^ ).

    Ceci dit, je ne sais pas encore si je suis vraiment « païen » ou pas, il faut encore que j’y réfléchisse encore un peu. En tout cas, ton blog semble fort instructif à propos du néo-paganisme. D’ailleurs, c’est dommage qu’il y en ai si peu de comme ça. Au moins, je suis un peu près sûr ici de trouver et de discuter avec des gens qui comprendront, respecteront et prendront au sérieux mon éventuelle démarche spirituelle, sans me prendre pour un fou, pour un passéiste attardé (« Ouais genre, on vient de le décongeler, et il vient de comprendre qu’on était plus à l’époque d’Astérix ! Lol ! ») ou pour un facho raciste (« C’est pô bien d’aimer ses ancêtres celtes, vikings ou païens, paske du coup ça veut dire qu’on aime pô les noirs ou les arabes ! *Bitch ! Bitch ! Bitch* « ). Bref, des gens qui savent qu’il n’y pas que le judéo-christianisme dans la vie, que les religions « paganistes » existent encore et que c’est une spiritualité comme une autre. Des gens aussi qui savent que les plus savants et les plus « civilisés » ne sont pas forcément les Grecs, les Romains ou les Chrétiens, et que les Celtes, les Germains ou les Vikings n’étaient pas juste des barbares incultes et sanguinaires et que ces derniers avaient des cultures, des spiritualités ainsi-que des philosophies ni moins riches ni moins belles que celles des « civilisations » citées plus haut.

    Donc, encore merci pour cet article, merci pour ce blog et enfin désolé pour le « pavé » si ça fait « un peu beaucoup ». En tout cas, bonne continuation, et à très bientôt j’espère !!! =)

    • Merci pour ton « pavé » intéressant. Que tu sois païen ou non, finalement c’est pas très important : le fait d’avoir un cerveau est autrement plus constructif. 🙂 Et tant mieux si mon blog peut apporter quelque chose.

      • Cela tombe bien, car c’est justement avec plaisir que j’ai écrit ce pavé que j’espérais en effet « intéressant ». Oui, l’important c’est d’être ouvert et de pouvoir discuter de manière constructive, sans tomber dans le fanatisme. Quand je parle de fanatisme, c’est aussi bien à propos du fanatisme religieux (surtout judéo-chrétien constatera t’on…) de genre « C’est ma religion la meilleure et c’est moi qui détient la vérité absolue et divine. Convertissez vous à mon culte, allez… ou je vous massacre la tronche ! »; que du fanatisme « athée » où c’est surtout les moqueries du genre : « Non mais n’importe quoi. Vous croyez encore en Dieu/aux dieux ! Et pourquoi au Père Noël tant qu’on y est?! Trolololololol ».
        Enfin bref, l’important est d’avoir un cerveau, et de pouvoir discuter et échanger en paix, sans se cabrer ou se renfrogner dès que l’on ose remettre en cause les a priori d’autrui ! ^w^
        Tu peux être fière de ton blog, qui peut apporter quelque chose de constructif, voir de très constructif. Comme quoi c’est sympa d’avoir un cerveau, pas vrai?! ^^
        En tout cas, je t’encourage à continue ainsi, et surtout : stay true to ancestors ! 😉

Réagir à cet article ou ajouter une précision...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s